La France joue la carte de la prudence


APRÈS LA MORT DE L’INGÉNIEUR FRANÇAIS DANS L’ATTENTAT DE BÉNI-AMRANE
La France joue la prudence

La France se repositionne par rapport à l’Algérie et joue la carte de la prudence, doublée de réalisme. En affirmant qu’aucune consigne de sécurité ne sera diffusée suite à la mort d’un ingénieur français travaillant pour Razel, dans l’attentat de Béni-Amrane, Bernard Kouchner reconnaît que les intérêts économiques priment sur les considérations purement sécuritaires.
Nawal Imès – Alger (Le Soir) – Le chef de la diplomatie française, qui a affirmé hier que l’Algérie était «un pays dangereux puisqu’il y a eu cinq attentats en quelques jours», a néanmoins ajouté que «c’est un pays où nous devons travailler, c’est un pays où nous travaillons, où les rapports commerciaux, amicaux, sont évidemment très importants, et il faut les développer». Une déclaration en direction des entreprises françaises qui, il y a quelques mois, avaient été prises de panique suite à la diffusion d’un communiqué du GSPC qui promettait de s’en prendre aux intérêts français en Algérie. Son appel n’a visiblement pas été entendu puisque l’entreprise française de BTP Razel a rappelé en France les trois autres Français qui travaillaient sur un chantier de réparation du tunnel ferroviaire de Lakhdaria. «Nous venons de décider que les trois autres Français qui travaillaient sur le chantier prendraient aujourd’hui même l’avion pour Paris. Nous ferons avec eux le point de la situation et nous verrons si nous pourrons renvoyer du personnel français. Pendant un certain temps, le chantier peut fonctionner sans personnel français», a déclaré à l’AFP Jean-Marie Sifre, directeur de la communication de l’entreprise. Interrogé sur d’éventuelles directives adressées aux ressortissants français au lendemain de l’attentat, le ministre des Affaires étrangères français a indiqué pour sa part que «non, il faut évidemment être prudent, il ne faut pas être seul, mais il n’y a pas de consigne particulière». Mais la décision revient, évidemment aux entreprises. Kouchner, qui avait quitté Alger vendredi après la tenue de la conférence des pays méditerranéens, a expliqué que «quand on en parle aux responsables algériens, au président Bouteflika, ils sont déterminés à poursuivre, ils se battent contre ce que l’on croit à chaque fois être le dernier attentat. Ces attentats ne sont pas revendiqués et les groupes islamistes dans la mouvance d’Al-Qaïda sont très surveillés ». Réagissant par le biais d’un communiqué juste après l’attentat, Kouchner avait déclaré : «Je viens d’apprendre le double attentat qui a endeuillé l’Algérie en causant la mort de plusieurs personnes, dont un ressortissant français. Je veux dire mon sentiment de révolte et ma condamnation absolue face à cette violence terroriste aveugle que rien ne peut justifier. Mes pensées vont aux familles et aux proches des victimes, si cruellement et injustement frappées. Elles vont aussi au peuple et aux autorités d’Algérie, qui combattent avec courage et détermination le fléau du terrorisme. Leur combat est aussi le nôtre.» C’est la deuxième fois en moins d’une semaine qu’il soutenait l’Algérie dans son combat contre le terrorisme puisque mercredi dernier et à la veille de son déplacement à Alger, il réaffirmait sa solidarité aux autorités algériennes, quelques heures après les deux attentats kamikazes à Bordj-El-Kiffan. «J’ai appris avec émotion les attentats perpétrés aujourd’hui près d’Alger qui ont fait plusieurs blessés. J’adresse aux victimes l’assurance de toute ma sympathie et je réaffirme aux autorités algériennes toute ma solidarité face à ces actes terroristes inadmissibles», déclarait-il. Cet attentat intervient au lendemain de la conférence des ministres des Affaires étrangères de la Méditerranée consacrée à l’Union pour la Méditerranée et qui a confirmé les réticences des pays de la rive sud à adhérer au projet français. Le parquet antiterroriste de Paris a ouvert lundi une enquête préliminaire après la mort du ressortissant français.
N. I.
LE SOIR D ALGERIE

قرية تولموت ببني عمران

قرية تولموت ببني عمران<b>
مستوصف مغلق منذ 15 سنة والهاتف النقال خارج الخدمة

يقترن اسم قرية تولموت اليوم بالتأخر التنموي، بعدما عانى سكانها بالأمس من بطش الجماعات الإرهابية التي تسببت في هجرة العديد من العائلات.
تبعد قرية تولموت الجبلية عن مدينة بني عمران بمسافة 20 كلم، وتتميز بالطابع الفلاحي الجبلي وكثـرة أشجار الزيتون، وهي تتوسط قرى أولاد عبد الهادي ونبزي وأولاد الحدادة وجراح.
وأهم شيء تتميز به القرية هو حرفة صناعة وتجارة الأحذية التي ما زالت تطبع القرية، وهي حرفة معروفة لدى سكانها الذين توارثوها أبا عن جد.
ورغم هذا التميز إلا أن القرية تعاني عدة مشاكل، حيث طرح لنا سكان القرية عدة عوامل أدت إلى هجرة العديد من السكان على رأسها عاملين اثنين يعود أولهما إلى الفقر وغياب البرامج التنموية، أما الثاني فبسبب بطش الجماعات الإرهابية التي كانت تهدد السكان بدفع المال، مما جعل عددا كبيرا منهم يهجرون القرية على أمل العودة إليها بعد سنوات. الوصول إلى تولموت ليس سهلا، حيث إن الطريق لا يزال مخيفا، خاصة وأن الإرهابيين ما زالوا يتحركون بهذه المنطقة الجبلية الغابية. ولا يزال هذا الطريق متدهورا ويتطلب تعبيده.
وطرح السكان مشكل غياب الخدمات الصحية، حيث أوضحوا أن هناك مستوصف مغلق منذ 15 سنة وتساءلوا عن جدوى بنائه وإنفاق مبالغ مالية كبيرة دون الاستفادة منه، حيث أصبحت العديد من العائلات تلجأ إلى الولادة داخل البيوت على الطريقة التقليدية، فيما يلجأ من تسمح له الظروف بالتنقل إلى مستشفيات البويرة وبرج منايل لتلقي العلاج. وتزداد المشاكل تعقيدا في الحالات الاستعجالية ليلا خاصة للمواطنين الذين لا يملكون وسائل نقل شخصية.
من جانب آخر أثار السكان مشكل صغر المدرسة الابتدائية الوحيدة، وطالبوا بتوسيعها وتجهيزها، فيما أوضحوا من جهة أخرى أن تلاميذ التعليم الإكمالي يضطرون إلى قطع مسافة 10 كيلو متر مشيا على الأقدام كل يوم. كما يبقى مشكل ترميم المسجد مطروحا، حيث لا زال المصلون ينتظرون الترميم خاصة وأن المسجد مكان مقدس لا يمكن إهماله.
ومن جانبه يعيش الشباب فراغا وبطالة قاتلتين في غياب أي مرفق ترفيهي أو مشروع ما عدا البعض ممن يعمل في حرفة الأحذية.
ومن جهة أخرى اشتكى محدثونا من غلاء النقل مما أثـر على العديد من العائلات التى يدرس أبناؤها خارج القرية.
استطلاعنا بالقرية جعلنا نقف أيضا عند حقيقة مفادها أن الشباب هنا يشعر بالتهميش، مطالبين بحقهم في التنمية، كما وجهوا دعوة للوالي لزيارة القرية والاطلاع على المشاكل والانشغالات.
أما الفلاحون فطالبوا بالدعم الفلاحي وتربية المواشي، خاصة وأن هناك برامج وزارية طالبوا بتجسيدها على أرض الواقع.
البقاء في قرية تولموت ليلا ليس سهلا، بل هو مخاطرة، لأن الليل يحولها إلى جزيرة شبه مهجورة، خاصة وأن أحاديث بعض السكان تؤكد أن الإرهابيين يمكنهم المرور منها فى المساء

<b/>



سرية جراح" تقف وراء التفجير المزدوج ببني عمران

‘سرية جراح" تقف وراء التفجير المزدوج ببني عمران
سيارة الرعية الفرنسي التي استهدفها الإرهة

عبر عمال فرع شركة "رازال" بمنطقة بني عمران عن تذمرهم مما أسموه "تهويلا إعلاميا مفرطا" لحصيلة التفجير المزدوج، الذي استهدف موظفي الشركة وقوات الأمن، أول أمس. فيما تشير تحريات أمنية إلى وقوف "سرية جراح" الإرهابية وراء التفجيرين اللذين خلفا قتيلين.
أكد مصدر أمني التقيناه بمكان التفجير، صباح أمس، أن العملية خلفت قتيلين: فرنسي مدير الأشغال بفرع شركة رازال وسائقه الجزائري، بينما جرح اثنان آخران وهما رجل أمن وعون حماية مدنية. وأبدى عناصر الأمن والجيش، وعاملون في الشركة الفرنسية، استياء حيال ما وصوفه "تضخيما في أرقام القتلى"، في إشارة إلى ما نقلته وكالة الأنباء الفرنسية بخصوص سقوط ما بين 12 و13 قتيلا في التفجيرين.
وبدت، أمس، سيارة المهندس بيار نوفاك، 57 سنة، متضررة للغاية، وهي من نوع "رونو ميغان" كانت متوقفة بالقرب من مكاتب "رازال" بمحطة قطار بني عمران، حيث تحولت إلى هيكل مثقوب من كل جانب بسبب شظايا التفجير الأول المزدوج. وركنت قوات الأمن سيارة ثانية من نوع "رونو لوغان"، تضررت جزئيا من التفجير، وهي تابعة لرئيس عتاد المشروع، وهو رعية فرنسي يدعى دوني. وفيما هلك نوفاك وسائقه سمير سيد (39 سنة)، نجا دوني كون سيارته التي كانت تتبع السيارة الأولى كانت بعيدة نسبيا عن التفجير الذي وقع أمتارا قليلة بعد مخرج محطة القطار، باتجاه وسط بني عمران. ولما كان منفذو العملية الإرهابية يدركون أن قوات الأمن ستلتحق بالمكان بمجرد العلم بالتفجير، حضروا قنبلة ثانية في الجهة المقابلة للتفجير الأول، تحسبا لتوقف رجال الأمن للعبور إلى الجهة الثانية من الطريق السريع، لكن المحاولة كانت فاشلة والتفجير خلف إصابتين خفيفتين في صفوف رجال الأمن والحماية المدنية.
وروى أمين عبد الرحمن معزيز، موظف مكلف بسياقة عربات "رازال" بمشروع ترميم نفق ببني عمران، لـ"الخبر"، تفاصيل العملية قائلا أنه كان في إقامة العمال بوسط بني عمران لما سمع التفجير الأول، وهرع إلى مكان المشروع فرأى المدير نوفاك والسائق سمير غارقين في دمائهما. وأوضح معزيز أن المشروع يشتغل فيه تسعة أشخاص، أربعة منهم فرنسيون. وقد درج هؤلاء على التجمع بالمشروع في صباح كل يوم، فيلتحق العمال بالنفق الرابط بين بني عمران والأخضرية لترميمه بعد حادثة اصطدام قطارين في مارس الماضي، ويبقى الفرنسيون يديرون الأشغال عن بعد، وفي حدود الخامسة مساء يغادر الجميع المكان. وقال بعض العمال إن الموقع لا يستفيد من أي نوع من الحماية، باستثناء أعوان الحراسة بمحطة القطار.
ومن الواضح أن الهدف من العملية هو تخويف التقنيين الأجانب العاملين في المناطق البعيدة نسبيا عن المدن، وإلحاق خسائر كبيرة في صفوف الأمن. ورجحت مصادر بالمنطقة تتابع نشاط الإرهابيين، وقوف "سرية جراح" وراء التفجير المزدوج. وهي مجموعة

إرهابية تتكون من 5 إلى 6 عناصر تستمد اسمها من اسم الجبل الذي تختبئ فيه ببني عمران

Béni Amrane encore sous le choc

Liberté sur les lieux de l’assasinat de l’ingénieur français

Par : Madjid T.

Les autorités locales, les responsables de la Protection civile, mais aussi le consul général de France à Alger se sont également rendus sur place pour s’enquérir de l’état de santé des blessés et s’incliner à la mémoire des deux victimes.

Une atmosphère de colère et d’indignation a régné tout au long de la journée d’hier à Ammal, dans la commune de Béni Amrane (Boumerdès), théâtre d’une attaque terroriste, dimanche soir, qui a visé un véhicule transportant un ingénieur français de la société Razel, chargée des travaux de restauration du tunnel d’Ammal, et son chauffeur, tués sur le coup par la déflagration d’une bombe. Les deux victimes, Pierre Nowacky, 57 ans, et Sid Samir, 39 ans, étaient à bord d’un véhicule de marque Renault Mégane de couleur blanche, lorsqu’une première explosion a eu lieu, avant qu’une seconde ne se produise, cette fois-ci ciblant une ambulance des éléments de la Protection civile faisant des blessés dont un dans un état grave, transféré d’urgence vers l’hôpital de Thénia où il a subi une délicate intervention chirurgicale au niveau de l’abdomen gravement touché. L’opération qui a eu lieu le jour même de son admission aux urgences de l’hôpital de Thénia a duré 5 longue heures, de 17h30 à 22h30, nous ont confirmé hier des sources médicales qui ajoutent que la victime a été amputée de 30 cm de son intestin. Le staff médical qui devait examiner le blessé, Ben Amrouche Djamel âgé d’à peine 30 ans, a assuré en revanche que son état de santé qui ne cessait de s’améliorer ne suscitait pas d’inquiétude, mais a indiqué qu’il devait encore rester sous observation médicale. Ses proches sont venus lui rendre visite et s’enquérir de son état de santé, parmi eux sa future fiancée avec laquelle il devait fêter les fiançailles ce vendredi. Hier, le consul général de France à Alger, M. Francis Heude, s’est déplacé sur les lieux de l’attaque où il a rendu, à cette occasion, un vibrant hommage aux deux victimes décédées. Les autorités locales, les responsables de la Protection civile et une délégation de l’union de wilaya UGTA de Boumerdès se sont également rendus sur place pour s’enquérir de l’état de santé des blessés et s’incliner à la mémoire des deux victimes. Selon des employés de la société française Razel en charge du chantier de réhabilitation du tunnel d’Ammal, théâtre d’une collision entre deux trains il y a un peu plus de quatre mois, le ressortissant français qui exerçait en qualité d’ingénieur chargé de la supervision des travaux les aurait tous salués quelques instants avant son départ, comme s’il savait qu’il allait les quitter à jamais. Nos interlocuteurs n’ont pas tari d’éloges sur les qualités humaines et intellectuelles de l’homme que fut le défunt Pierre Nowacky, dont le visage a été défiguré par le souffle de la déflagration au point de devenir quasiment méconnaissable. Nos interlocuteurs au même titre que les employés de la société, proches et pompiers, se sont dit indignés et choqués par ce qui a été rapporté par certains organes de presse faisant état de plus d’une dizaine de victimes et des blessés à ne plus pouvoir les compter. “Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, sachez que nous avons été beaucoup plus choqués par les comptes rendus de la presse que par l’attentat lui-même”, affirme un agent de la Protection civile. Le même ton d’exaspération a été également partagé par les citoyens riverains du lieu de l’attaque, mais aussi et surtout, et c’est là que se situe le véritable drame, par les familles et proches des employés tant dans les rangs de la Protection civile que dans ceux des employés de la société française. D’aucuns ont cru au pire pour leurs proches. Certains comptes rendus sont d’autant plus en total déphasage avec la réalité du terrain que lors de notre visite, hier, aucun impact qui mérite d’être signalé ne nous est apparu, hormis la voiture des deux personnes décédées endommagée par les éclats de la bombe, notamment côté passagers. En effet, les bombes artisanales étaient de faible intensité, en témoigne l’état de la route et de la bâtisse abritant la gare ferroviaire de Béni Amrane, sauf la première bombe qui a tué les deux employés de Razel. Par ailleurs, nous avons appris hier que les trois autres Français exerçant au niveau du même chantier ont été invités par leur entreprise à regagner la France en attendant de voir plus clair.

M. T.
liberte

Le Mdn dément le bilan de l’attaque de Beni Amrane

Faux bilans et rumeurs d’attentats

Par :Djilali Benyoub

Hier l’ambiance était à la psychose ; une agence est allée même jusqu’à inventer un attentat qui aurait fait 20 morts dans une station de bus à Bouira, avant de retirer sa dépêche.

Le ministère de la Défense a démenti hier le bilan de l’attentat de Béni Amrane avancé par l’AFP. En effet, confirme le MDN, il n’y a pas eu ce bilan lourd de victimes rapporté par l’agence française. L’agence était pourtant, selon la dépêche, sûre des sources sécuritaires. Ce qui a induit en erreur certains titres de la presse nationale. Un écart de 11 morts qui a fait réagir la défense qui remet le dramatique événement à sa juste proportion.
À peine un jour après, c’est au tour de Reuters de “créer” un attentat à Bouira et de donner le bilan. 20 morts dans un attentat à la bombe à la gare de Bouira ! Aucun correspondant local n’a confirmé l’information. Même la chaîne de télévision Al-Arabia s’est rendue sur place pour se rendre compte du “non-événement”. Reuters retire par la suite la “fausse dépêche”. D’ailleurs, le ministère de l’Intérieur n’a pas tardé à démentir l’information dans un communiqué. Quelle est alors cette source sécuritaire qui “abreuve” ces agences ? Étrange coïncidence, s’il en faut, que cette course au scoop quitte à gonfler les bilans ou à inventer un attentat. À première vue, ce timing ne serait pas fortuit. D’autant qu’on est passé d’un bilan “surestimé” à une rumeur érigée en information sourcée. Ce qui n’a pas tardé à rajouter à la psychose déjà installée à la suite des attentats de ces dernières semaines.
D’autres rumeurs d’attentats dans différents quartiers d’Alger ont marqué ces derniers jours, mais elles ont été vite dissipées. Mais qu’elles soient le fait d’agences, cela leur donne du crédit. Cela participe également, même si les deux agences ne l’ont pas expressément provoqué, de la guerre psychologique cette autre arme des groupes terroristes. Certes, les attentats ont repris, avec une moindre intensité que les années précédentes, mais relayés de la sorte par des agences officielles contribue forcément à l’amplification de l’impact psychologique ; effet recherché par les terroristes. Les correspondants des deux agences ont été convoqués hier par le ministère de la Communication.
Le correspondant de l’AFP a été convoqué pour avoir exagéré le bilan de l’attentat de Beni Amrane alors que celui de Reuters l’a été pour avoir diffusé une information erronée.
Les deux correspondants ont fait preuve “d’extrême légèreté dans le traitement des informations sensibles relatives au terrorisme”, a rapporté hier l’APS. Et de traiter leur travail de “comportements irresponsables et répétés contraires à l’éthique et à la déontologie journalistiques, s’agissant surtout du terrorisme qui se nourrit précisément de propagande”.
Car, en plus des effets pervers de telles rumeurs, il y va également de la crédibilité de ces agences qui sont accréditées à Alger et bénéficient d’un accès à l’information quand bien même elle est sensible.
Sont-elles alors victimes d’une manipulation ? Probable. Toutefois, il serait malvenu pour des agences à la notoriété avérée de succomber avec une telle facilité à la manipulation. D’autant qu’elles sont censées rapporter l’information, toute l’information et rien que l’information. Ce n’est pas un jeune journal algérien confectionné par de jeunes journalistes qui rapporte cette “rumeur”, l’inexpérience pouvant dans une certaine mesure constituer une circonstance atténuante. Non, ce sont deux agences parmi les plus efficaces dans le monde qui sont, avec une déconcertante facilité, tombées dans le piège de l’intoxication sans, apparemment, en mesurer les conséquences.
Aussi, participent-elles à la généralisation de la manipulation qui accrédite le GSPC d’une force imparable. On est alors bien loin du b. a.-ba du métier. Et l’on devient acteur de cette morbide scène.

Djilali B.

Carte Geographique de Lakhdaria

Agrandir le plan
carte geo lakhdaria

La region de Lakhdaria encore endeuillée par un double attentat

zerhouni

Mr Zerhouni, Ministre  de l’interieur

attentat a lakhdaria

Deux attentats successifs ont fait une douzaine de morts dimanche près de Lakhdaria, à l’est d’Alger, a-t-on appris de sources sécuritaires algériennes.

Parmi les victimes figurent un ingénieur français, son chauffeur algérien et des membres des forces de l’ordre.

La voiture de l’ingénieur français a sauté sur une bombe à la sortie du chantier d’une entreprise française de travaux publics pour le compte de laquelle il travaillait et qui remettait en état la voie ferrée près de la gare de Beni Amrane. Grièvement blessé, le Français a succombé à ces blessures.

Les autres victimes – dont des membres des forces de l’ordre et de la protection civile – ont été tuées par une seconde bombe qui a été déclenchée lorsqu’elles se sont portées au secours de l’ingénieur français, ont précisé ces sources.

Source: SDA/ATS

Lakhdaria, Bourabache en arriere plan

Photo du centre ville de Lakhdaria, sortie vers L’autoroute est ouest, Bouira et le sud Algerien, en arriere plan, un beau paysage montagneux, le village de Bourabache entre autres, helas de moins moins boisé à cause de la secheresse, les feux de forets, et sans doute les activites terroristes en cerise sur le gateau !

l’ANP aux alentours de Kadiria

Double attentat à l’explosif contre une troupe de l’ANP aux alentours de Kadiria

4 morts et dix blessés


Pas moins de quatre militaires tués en plus d’une dizaine d’autres blessés, tel est le bilan d’une attaque terroriste perpétrée, avant-hier vers 16 h, par la faction locale de l’ex-GSPC dans les monts de Kadiria précisément au lieudit Beggas, 35 km au nord-ouest de Bouira.

La horde islamiste a recouru là encore une fois à la tactique des bombes artisanales. Deux engins meurtriers, dissimulés en bordure de l’axe Kadiria- Tizi-Gheniff, ont explosé ce lundi en milieu d’après-midi, au passage d’une troupe de l’ANP.

Celle-ci se dirigeait vers son cantonnement lors qu’elle fut surprise par la déflagration des deux bombes, pas moins de quatre soldats ont péri sur le coup, alors que dix autres, selon nos sources, ont été blessés par les éclats des deux bonbonnes meurtrières.

Selon certaines sources, ce double attentat à l’explosif a été planifié par un groupuscule terroriste pour retarder l’avancée des renforts militaires qui prévoyaient, alors, le ratissage de ladite zone sur la base de renseignements précis.

Quoi qu’il en soit, les forces locales de l’ANP ont fait pleuvoir quelques heures plus tard des obus de mortiers sur le massif forestier englobant Beggars, Lalla, Moussaad et Ouled Boudoukhane, situé à la limite de Chabet El Ameur. Ledit maquis est toujours considéré comme l’une des importantes bases de repli des commandos de l’ex-GSPC entre autres ceux de la phalange locale d’el Farouk- disposant encore, selon toute apparence, de relais leur permettant de se mouvoir et planifier leurs attentats. L’attaque d’avant-hier, confirme si besoin est la menace qui plane encore sur cette partie de la Kabylie. Une menace qui s’est précisée le 11 juillet dernier contre une caserne militaire à l’est de Lakhdaria avec un bilan de neuf mois et une vingtaine de blessés. En moins de huit mois, on y a enregistré cinq attentats à la bombe artisanale dont une au stade municipal. Coups brutaux de l’ex-GSPC ayant fait cinq morts et d’autres blessés. Coups médiatiques planifiés aussi, comme à l’accoutumée pour tenter d’influer sur le cours des évènements politiques.

Salim Haddou

ddkabylie

videos hier et aujourd’hui sur Lakhdaria

Bled Bouchenek

Lakhdaria/Bled Bouchenek
Un pâté de maisons livré à lui-même

Lorsqu’ils avaient décidé de quitter pour des raisons d’insécurité Thalath, hameau relevant de Boumerdès, la place convoitée alors, à savoir Bled Bouchenek de Lakhdaria n’avait rien à envier à ces paradis terrestres offrant à la fois tranquillité, possibilité d’embauche et environnement sain.

Mais depuis, 14 ans se sont écoulés et beaucoup de familles se sont implantées en zone urbaine avec tout juste des moyens de fortune.

Le lieu en question, Bled Bouchenek de Lakhdaria pour le nommer, n’apparaît qu’après avoir longé la piste, puis emprunté le “semblant d’accès” joignant les deux rives de l’oued se trouvant derrière le radar de Lakhdaria. L’espace est occupé par deux familles, constituées de 50 membres, soit deux frères avec neuf enfants chacun pour la première famille et pour la seconde cinq frères mariés subvenant aux besoins de 33 âmes, ces deux familles ont reçu ces terres en héritage de leurs prédécesseurs. Les maisons en parpaings, couvertes de toits en tôles, bâties en contrebas d’une cité populaire appelée communément Hemana Radar, située en bordure de oued Issers, connaissent au jour le jour une multitude de désagréments, dont les eaux de ruissellement du quartier sus-cité, et les miasmes dégagés par l’oued “nous nous sommes inscrits au programme mis en place par l’Etat, destiné à promouvoir le logement social en zone rurale, mais nos demandes n’ont pas été acceptées, suite à l’introduction d’autres conditions” se désole aâmi Bouzegza, un de ces mal logés.

Ce dernier nous explique que hay Bouchenek tout comme d’ailleurs Hemana Radar faisaient partie des agglomérations dites zones rurales, mais ces derniers temps elles ont été reclassées parmi les agglomérations des zones urbaines. Les habitants de bled Bouchenek n’oublieront pas de sitôt la panique vécue suite aux abondantes chutes de pluie qui se sont déversées sur Lakhdaria, et qui ont entraîné un débordement de l’oued sur les foyers, heureusement que les secouristes ont réussi à évacuer les habitants avant qu’il ne soit trop tard.

D’ailleurs, précisera le sexagénaire aâmi Bouzegza, “les éléments de la Protection civile ont mentionné dans leur rapport que des affaires appartenant aux résidants ont été emportées par les eaux”.

Ceci ne constitue pas la préoccupation majeure des locaux, ou un facteur pouvant déclencher un “mécontentement extrême”, ce n’est qu’un imprévu désagréable dû aux phénomènes climatiques, mais qui ne se produit pas si souvent.

Par contre, les doléances relatives à la réfection du réseau interne d’assainissement émanant de Hemana Radar, et longeant le pâté de maisons proche de l’oued, suscite réellement des discussions-fleuves, dans lesquelles on déplore la non prise en charge de ce problème.

Laquelle inquiétude, si on ne la satisfait pas rapidement, entraînera probablement une propagation des MTH dans les environs, car on remarque ici et là tout le long du réseau, des flaques d’eau usées à hauteur des jointures de fixation des buses. “En plus des immondices à ciel ouvert, dira encore le vieillard, en été, on est envahi par les essaims de parasites de toutes espèces que même les insecticides n’arrivent pas à éliminer”.

A. Cherif

dd kabylie

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 25 autres abonnés