Olympiades locales des métiers

Edition du 29 avril 2008 > elwatan

Une activité printanière

La salle omnisports qui abrite cet événement important fait penser, par les intenses activités qui s’y développent, à une ruche au printemps.

Les compétitions pour la sélection des lauréats qui iront prochainement représenter la wilaya de Bouira aux olympiades régionales des métiers se déroulent depuis samedi dans un climat de rivalité qui n’exclut nullement l’esprit de camaraderie. A cet égard, la salle omnisports qui abrite cet événement important fait penser, par les intenses activités qui s’y développent, à une ruche au printemps. Et que seraient donc ces jeunes filles en tablier d’un blanc immaculé qui, un rouleau à pâtisserie, une paire de ciseaux, un crayon ou une règle à la main, ces jeunes hommes dans leurs différentes combinaisons bleues, grises ou blanches, sinon des abeilles en train de faire leur miel ? Ici, deux jeunes apprenties du CFPA de Lakhdaria, penchées studieusement sur un patron, tentent de dégager les contours de l’article féminin qui sortira de leurs mains habiles ; là, trois autres non moins appliquées, appartenant au CFPA d’Aghbalou, peignent avec passion sur des tissus en soie sous l’œil attentif de leur prof, véritable artiste en la matière. Plus loin, trois stands réservés au CFPA de Lakhdaria et de Bouira (Malika Gaïd et Nada, un établissement privé) rivalisent d’ingéniosité pour présenter les plus beaux gâteaux traditionnels devant un jury. La photographie, la coiffure pour femme, le dessin, la poterie, la bijouterie, les activités pédagogiques pour petits enfants représentant différents centres de formation de la wilaya parient sur leur savoir-faire exceptionnel pour décrocher un billet pour les olympiades régionales. Dans la cour, une effervescence digne des grands ateliers règne sous le soleil du plus beau et plus doux mois de l’année accrochant le regard des passants. La maçonnerie, la menuiserie, la soudure, la plomberie, la peinture, les métiers de carreleur, plâtrier, faïencier, les installations sanitaires et gaz, tout le savoir-faire enseigné patiemment dans les centres de formation comme ceux de Kadiria, Raffour, Haïzer, Aïn Bessem, Bechloul, etc. se déploient en pratique sous le regard connaisseur d’un jury animé par l’esprit d’équité, car, dans ce travail d’évaluation, il s’agit de faire ressortir le mérite de chacun d’après ce qu’il aura su faire. Et ces activités déployées tous azimuts semblent un prélude à celles qui assurent le développement du pays de demain.

Ali D.

elwatan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s