Prime d’activité et d’insertion sociale à Lakhdaria

Lakhdaria/Prime d’activité et d’insertion sociale

Extraordinaire engouement

Les mesures, portant désengorgement du taux élevé du chômage, touchant la tranche d’âge des 18 à 30 ans, décidées par le ministère de la Solidarité nationale, ont donné lieu à une ruée humaine, jamais connue en direction des lieux d’inscription.

Et encore, le mot ruée n’est pas assez fort pour illustrer le très fort engouement ayant marqué ce début de l’opération, qui devait se faire au siège de la wilaya, mais vu l’affluence qu’elle a drainé, on a prié les APC de venir à la rescousse.

A Lakhdaria en tout cas, l’action concernant les Primes d’activités est accueillie avec joie, mais au train où vont les choses, celle-ci risque de buter sur une forte demande que nos statutaires n’ont pas prévu.

En effet, l’ancienne mairie de Lakhdaria — devenue maintenant un simple service de l’actuelle APC — désignée pour mener à bien ce travail dit PAIS — signifiant Prime d’activités d’insertion sociale, a reçu uniquement pour la journée du 10 mai pas moins de 50 dossiers.

En exécutant cette tâche, les agents en place qui normalement sont là pour orienter les demandeurs, prennent connaissance des déviations du rôle attribué au programme PAIS et reçoivent des questions du genre “Dites messieurs, comment procéder pour percevoir l’indemnité de chômage ?”.

Pour information, le programme PAIS cible les sans emplois ayant suivi des formations dans les CFPA, d’où sont sortis des vagues de promotion et qui espèrent être embauchés depuis 10, voire 12 et 15 ans après l’obtention de leur diplôme.

“C’est un programme que nous appelons dans notre jargon une passerelle, car ceci permettra au chômeur de travailler et de recevoir un salaire se rapprochant des rémunérations offertes sur le marché de l’emploi”, explique un fonctionnaire.

Une fois les conditions requises satisfaites, explique-t-il, une commission de wilaya établira les listes des personnes à recruter selon les besoins, tout en donnant la priorité aux première fiches d’inscription enregistrées à la réception.

Mais même en se dégageant de la “charge maximale”, de la besogne, en raison il est vrai de l’intense écho suscité par la décision, la direction de wilaya réceptionnera, puis s’occupera du volumineux classement des demandes des universitaires, notamment les licenciés et les ingénieurs ainsi que celles des TS formés dans les instituts. Une insertion dite CPE : Contrat pré-emploi, où les universitaires et les techniciens seront recrutés pour des périodes déterminées, lesquelles quelquefois connaîtront des reconductions dans certains organismes étatiques.

Cette forme d’embauche temporaire, n’a pas été épargnée par “les racontars des rues” déformant ici et là aussi bien la procédure à suivre que le contenu réglementant le programme, sur le sujet surtout se rapportant au volet du salaire, que “nos génies du mal” ont exagérément remonté à hauteur de 12 000 DA.

Ce constat d’échec de l’administration dans la sensibilisation des citoyens — remarqué de nouveau dans cette énième mise à l’épreuve—, vient conforter “le jugement” disant que la puissance publique avec tous les moyens lourds dont elle dispose, n’arrive pas à neutraliser la “rumeur publique”.

A. Chérif

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s