Messaoud At Ammar, «Iberdan N Tissas»,livre sur la Révolution en tamazight

Présentation de l’ouvrage de Messaoud At Ammar à la BN
«Iberdan N Tissas», le premier livre de l’histoire de la Révolution en tamazight

L’exploit se veut une continuité et une préservation du patrimoine historique kabyle, mais aussi celui national, puisqu’il revient aux gloires et aux sacrifices consentis par le peuple algérien avant, durant et après la Révolution de novembre.

La Bibliothèque nationale a abrité avant-hier une conférence de presse animée par Abdellah At Ammar, le fils de l’auteur, Messaoud At Ammar, et en présence d’importantes personnalités historiques, comme la grande moudjahida Louisette Ighil Ahriz, et d’autres personnalités du monde culturel. C’est une rencontre dans laquelle le fils du grand écrivain kabyle a tenu à présenter l’ouvrage de son défunt père et qui a été animée par Abdeslam Abdenour, chercheur et spécialiste de la langue amazighe.

L’exploit se veut une continuité et une préservation du patrimoine historique kabyle, mais aussi celui national, puisqu’il revient aux gloires et aux sacrifices consentis par le peuple algérien avant, durant et après la Révolution de Novembre. Par ailleurs, l’ouvrage relate les périodes allant de la naissance du Mouvement national dans l’immigration au déclenchement de la Guerre, à l’Indépendance et à la période post-indépendance. En effet, ce qui caractérise l’ouvrage c’est la spontanéité avec laquelle l’officier a rapporté les faits. Ils sont relatés avec beaucoup de franchise.

La citation précise des évènements, des dates, des noms de lieux et parfois même des heures auxquelles se sont déroulés les évènements. L’ouvrage rompt avec l’hésitation habituelle avec laquelle est appréhendée l’histoire de la guerre de Libération nationale en général et dans la Wilaya III en particulier.

En outre, la forme courante élaborée et soutenue à la fois de la langue utilisée -tamazight – par l’auteur rend encore plus attrayante et captivante la lecture de l’ouvrage. C’est un parfait exemple de transposition du code oral sur le code de l’écrit et c’est ce qui encourage les enseignants de la langue amazighe qui l’exploitent sous forme d’outils d’étude et d’analyses de texte.

Il est constitué de 26 chapitres avec une parfaite continuité au fur et à mesure que se déroule l’évolution des situations et des évènements dans l’espace et dans le temps. Ainsi, des photographies enrichissent le livre où l’on voit l’auteur tantôt au maquis tantôt prononçant des discours pour la libération aux cotés de valeureux colonels, commandants de la Wilaya III. Alors n’hésitez pas à le consulter. Un autre fait marquant l’ouvrage est la langue utilisée. Il est le premier livre écrit en kabyle. La dimension du livre dépasse de loin celle d’un écrit-témoignage en atteignant celle de la restitution à une langue millénaire, la place qui lui sied dans l’usage courant et quotidien d’une langue algérienne.

Maouchi Yahia

Entretien avec Abdellah At Ammar, fils du défunt auteur du livre
«Je suis juste le fils qui a été communicatif avec son père»

La Dépêche de Kabylie : Abdellah At Ammar votre père n’était pas seulement un écrivain mais il a également sacrifié toute sa vie pour défendre sa patrie. Vous pouvez nous donner un résumé sur le travail qu’a mené votre père ?

Abdellah At Ammar : Premièrement, je remercie tout ceux qui sont présents à cet événement. En effet, c’est un livre-témoignage sur des évènements vécus directement par un homme qui s’était engagé dans le combat depuis 1938.

Il ne s’est jamais écarté de cette ligne jusqu’à l’Indépendance, il a essayé comme tout le monde de participer à la construction de ce pays et de jouer un rôle d’animation politique au sein de FLN, mais ça n’a duré que quelques mois, il s’était éloigné, il a fait de l’opposition armée avec le FFS, il savait que ça ne mènerait pas loin ,donc il s’est retiré totalement, pour vivre à l’écart en refusant de s’intégrer dans le système, et la seule réponse qui lui a été adressée c’est de l’enfermer pendant huit mois jusqu’en 1965.

A sa sortie de prison, on est revenu vers lui pour lui proposer de rentrer dans les instances de l’époque , mais il a refusé catégoriquement, il a préféré se consacrer entièrement au métier de ses ancêtres qu’il a appris très jeune, c’est celui d’armurier, pendant 16 ans à Alger jusqu’en sa retraite en 1985, il s’est retiré en Kabylie, où il a vécu jusqu’à 2001. C’est le lieu de son enfance. C’est quelqu’un qui a été fidèle à son combat, qui a fait le sacrifice de lui-même, de sa famille, de ses biens. Il a connu la prison, la torture, il a connu la prison avant la Révolution, pendant et après la révolution.

En quoi l’ouvrage Iberdan N Tissas peut-il servir la mémoire collective algérienne ?

Ne peut pas prétendre être historien, celui qui ne l’est pas. Lui a tout simplement raconté des faits qui font partie de l’histoire commune de l’ensemble des Algériens. Ce genre d’ouvrage peut effectivement servir de matière aux historiens pour vérifier certains faits vécus avant, pendant et après l’Indépendance nationale.

Que signifie pour vous en tant que ‘fils’ l’ouvrage de votre défunt père ?

Je ne suis ni l’auteur ni celui qui l’a transcrit. Je suis tout simplement le fils qui a été très communicatif avec son père. Les évènements qu’il a transcrit étaient racontés plusieurs fois devant moi au point où j’avais l’impression d’avoir vécu quelques évènements et mon père est resté fidèle à ses convictions, jusqu’à sa mort. Donc ça était pour moi une leçon de conduite et de droiture.

Cette conférence que vous venez d’animer est-elle votre première ?

C’est la première fois qu’on me sollicite. Le livre est sorti il y a quelques mois.

C’est vrai que l’édition  » Le passage » et la distribution de livre ne fonctionnent pas convenablement; néanmoins, ils essayent de distribuer et de toucher le maximum de lecteurs. Je crois une occasion pareille est profitable pour faire connaître l’ouvrage et peut-être pousser d’autres à écrire notamment dans notre langue, comme il l’a fait s-taqvaylit qui est notre langue du quotidien.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Je pense qu’il y a le lecteur qui crée l’occasion et il y a l’occasion qui créé le lecteur. Aujourd’hui, que le livre est disponible et bien distribué on gagnera plus de lecteurs.

Maintenant, le lecteur se forme et devien plus exigeant. Malheureusement, en Algérie on écrit peu, même ceux qui maîtrise la langue n’écrivent pas souvent. Peut-être qu’on a un petit peu cette maladie congénitale. Même ceux qui sont instruits préfèrent l’oralité .

Propos recueillis par M. Y

Biographie de l’auteur

l Messaoud At Ammar (Oulmara Messaoud) naquit au village Derna, à Iboudraren, dans la commune mixte du Djurdjura (Michelet ) le 22 janvier 1913.

Il était officier dans les rangs de l’ALN durant la guerre de Libération nationale dans la wilaya III, Dda Messaoud At Ammar mourut en 2001 et sera enterré le 1er novembre de la même année, au cimetière de Boudafel à Aïn El Hammam, ex-Michelet.

Iberdan N-Tissas, Ed. “Le passage”, Février 2007, 244 pages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s