Hay Manzal de Lakhdaria

LakhdariaLes HLM de Manzal dans un piteux état

Le vieux bâtiment dit “HLM”, regroupant 10 appartements, situé à proximité de l’école Dermouche de Manzal, serait la première construction collective que l’administration coloniale avait réalisé en 57/58 à travers tout Bouira.

Ces logements F1, soit une chambre à coucher, salon, salle de bain, cuisine et sanitaires, étaient destinés aux couples sans ou avec 1 enfant activant à Lakhdaria dans l’administration française. Ensuite, juste après l’Indépendance, ont été cédés aux 16 occupants—, tous originaires de Lakhdaria—, les coûts pratiqués à l’époque sur l’immobilier. “Ce logement que j’occupe depuis 1962, est le seul à ne pas avoir changé de propriétaire”, précise un locataire natif de Mehouane (une localité relevant administrativement de Lakhdaria, voulant dire par là que les autres acquéreurs, ont soit revendu leur bien après l’avoir amorti, ou encore qu’ils le louent à des tierces personnes. Ce vieux bâti a, selon le locataire, “traversé de dures épreuves suite à l’explosion d’octobre 96 qui a ébranlé ces lieux, et où les locataires ont été évacués durant 20 jours vers l’école Dermouche”, enchaînant “juste après, le délabrement s’est accentué avec les secousses répétés du séisme de Corso”.

D’après lui, les locataires se seraient adressés aux responsables concernés pour une réhabilitation des parties touchées, mais ces derniers leur auraient signifié qu’en “leur qualité de propriétaires, aucun budget n’était prévu à cet effet. Si vous levez les yeux vers le plancher du voisin d’en haut, vous verrez la ferraille toute rongée de rouille, par contre le carrelage est resté intact malgré un âge aussi avancé”.

Aussi, certains balcons de ce HLM ont complétement disparu, les espaces qui les accueillaient ont été transformés en chambrettes, ceci sans doute pour que les résidants puissent contenir le nombre d’enfants à charge, mais une satisfaction toutefois : l’intérieur des maisons avait été gardé tel qu’il était. Pour contourner l’insuffisance de textes relatifs aux dommages dus aux phénomènes naturels, les intéressés ont entrepris une autre démarche consistant en la demande d’un logement social.

Là encore, les choses n’ont pas marché telles que souhaitées, car avec l’informatisation des dossiers, quelques noms de ces mal logés du bâtiment HLM de Manzal sont apparus sur les listes des bénéficiaires ayant reçu l’aide entrant dans le cadre du RHP. “Effectivement, reconnaît notre interlocuteur de Mahouane, j’ai perçu l’aide portant sur le programme RHP, mais quel rapport avec Manzal”.

En tout cas l’aspect que présente le bâtiment HLM de Manzal est lamentable, les façades extérieures sont dans un état de dégradation avancé, ce constat rejoint les avis de ceux qui disent que “le bâtiment HLM a été réformé par les experts, il nécessite une prise en charge urgente”.

A. Chérif


L’eau, l’emploi et un second accès font défaut

En observant bien la disposition des maisons de Hay Manzal de Lakhdaria, qui seraient d’environ 350 à 400, cela donne en schématisant le chiffre 4. Elle aurait été nommée Manzal par les anciennes générations de Lakhdaria, “en rappel” au poste d’atterrissage des hélicoptères et avions militaires, que l’armée coloniale avait aménagé dans cette zone. Comme revient aussi sur toutes les lèvres le nom de Bouderballa, le riche terrien auprès duquel les occupants de Manzal avaient acquis les lots à bâtir. Chose remarquable, la rue des Frères-Medour, accueillant 90% des foyers, ne présente aucune habitation précaire, quant à celle qui va de la mosquée du centre-ville jusqu’à l’école Dermouche, où l’on trouve par-ci, par-là, des habitations en pisé. Hay Manzal résideraient 3 000 à 3 500 personnes, selon certains elles disposeraient des moyens d’accompagnement nécessaires : l’électricité, le gaz et l’eau, même si en raison de la faible prestation de l’ADE cette denrée vitale constitue la préoccupation première des résidants. Ces derniers reconnaissent que “la distribution s’est beaucoup améliorée cette première semaine de juillet sur la ligne des Frères-Medour” signalant toutefois que “du côté de la rue Dahmani présentant des accès en pente, l’eau ne parvient pas jusqu’aux robinets”. Ces habitants nous disent qu’ils ont été obligés de veiller jusqu’à 5 h de matin le mercredi 9 juillet, mais qu’aucune goutte n’est arrivée jusque chez eux. Hay Manzal, traversée par un seul accès, nécessite l’ouverture d’une autre route par le lieudit Dahmani, lequel dispose d’une piste impraticable ne demandent qu’à être réhabilitée. Et encore, l’unique passage vers hay Manzal est creusé sur quatre ou cinq endroits sur toute sa longueur, en raison de l’excès de vitesse remarquée chez certains automobilistes empruntant cette voie jouxtant pourtant une école primaire. Hay Manzal, très à l’aise en termes d’espaces à usage d’habitation, s’inquiète tout de même de l’avenir de ses jeunes, lesquels de jour comme de nuit “pointent” aux coins habituels du quartier et échangent les difficultés rencontrées au niveau des entreprise sollicitées pour un job, ainsi que les retombées négatives causées dans leur cellule familiale. A Hay Manzal, les sans-emplois n’aiment pas qu’on leur parle des dispositifs ANSEJ, et CNAC, ils diront “l’éligibilité ne nous a pas touché autant que nous sommes, alors comment voulez-vous qu’on y croit”. Un autre renchérit après ses camarades : “J’ai constitué un dossier ANSEJ en vue de bénéficier d’une unité de menuiserie, mais en vain” enchaînant: “Ceci s’est limité au dépôt du dossier, pas plus que cela”. Sur ces lieux où “s’organisent les débats”, les jeunes de Manzal ne se cachent rien, chacun confie à l’autre ce qui lui tient à cœur, et c’est ainsi concluent-ils “qu’on vérifie si telle ou telle décision politique destinée en notre faveur est sérieusement appliquée sur le terrain”.

A. Cherif

dd kabylie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s