Le ciment introuvable à Lakhdaria

  • Lakhdaria, Matériaux de construction

Pourtant, c’est en été que le ciment s’écoule à plein régime, une période où affluent au pays les émigrés résidents en Europe, lesquels profitent de leur séjour pour donner une légère avance à leurs constructions.

D’ailleurs, c’est suite à cette manière de vouloir rentabiliser au maximum leurs congés dans des travaux du bâtiment que nos “visiteurs nationaux” se sont vus attribuer toutes les spéculations ayant gangrené à l’époque le marché, notamment le relèvement des journées du maçon et du manœuvre, la hausse des prix des matériaux de construction et même des lots de terrain.

Ceci peut constituer une raison valable aux pénuries enregistrées aux moments où n’existait pas encore de cimenterie mais maintenant qu’on signale ici et là des fermetures d’unités pour des congés annuels et de pannes à un niveau ou à un autre de la chaîne, les yeux sont braqués sur ces dernières. Lakhdaria, justement, manque énormément ces jours-ci de ce matériau car si on se met à le chercher dans les nombreux magasins qui le commercialisent, on ne trouvera même pas un seul sac de ciment dans toute la commune.

Des vendeurs, comme ceux de Krichiche ou Manzal par exemple, ne savent que répondre aux clients venant s’approvisionner en cette marchandise, pire encore, c’est que tous ignorent quand le marché reprendra son cours normal.

Même au prix de 800 DA/q, il n’est pas disponible à Lakhdaria, du fait que l’ensemble des grossistes et autres détaillants s’alimentent auprès de la cimenterie de M’sila, laquelle selon ces concernés, serait fermée depuis une semaine déjà.

“Le comble, précise un commerçant de Hay Manzal, c’est tout le monde à Lakhdaria préfère le produit de cette usine”, en poursuivant que “le ciment de Sour El Ghozlane est aussi du degré 442, mais il ne s’écoule pas aussi bien que celui de M’sila”. “C’est incroyable, continue celui-ci, ce que les gens aiment tout ce qui est cher, pour eux le plus coûteux est le plus efficace”.

Il y a une semaine, se vendait ce même produit de M’sila à 700 DA/q au prix de gros et à 720 DA/q chez les détaillants. La réglementation en vigueur n’autorise ces derniers à prendre que 20 DA sur le quintal vendu. Avant, à Lakhdaria, dans de pareilles conjonctures, les gens se rabattaient sur le ciment en vrac, même si on ne le leur cédait entre 380 et 420 DA/les 40 kg, ils s’approvisionnaient quand même dans les cas d’urgence. En voulant savoir pourquoi ils n’ont pas recours aux productions de Meftah et de Chlef, pour atténuer, ne serait-ce qu’un temps la pénurie actuelle, le commerçant a répondu: “A Lakhdaria, tous les autres ciments ne sont utilisés que dans les crépissages, dans la pose du carrelage et autres finitions”.

A. Chérif

dd kabylie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s