Diaspora kabyle à travers les regions d’Algerie et à l’etranger

L’odyssée du centenaire

Sur les traces de la diaspora kabyle à Sougueur

L’une des traditions les plus réputées et anciennes des Kabyles est de quitter leur pays vers d’autres cieux où ils peuvent s’implanter comme les autochtones de ces terres d’exil. Partir n’est pas toujours synonyme de quitter le pays natal vers l’étranger pour ces montagnards qui s’adaptent presque à toutes les terres, l’essentiel pour eux est de se retrouver sous des cieux plus cléments.

L’histoire nous apprend qu’au début du siècle dernier les premiers Algériens à avoir tenté l’aventure d’aller au delà de la mer ne sont autres que des jeunes de la Kabylie maritime et ce afin de fuir la misère qui frappait toute la région. L’odyssée des Kabyles est des plus riches depuis des siècles à nos jours. Il y a par exemple les premiers migrants vers l’Europe, ceux de la dramatique histoire des déportés de la Nouvelle-Calédonie jusqu’à celle des exilés du terrorisme durant les années de braise sans oublier l’immigration au Canada que les jeunes Kabyles se fixent aujourd’hui comme terre promise.

Un autre mode d’exil, sujet de ces lignes, est celui de certains Kabyles qui ont choisi de quitter leurs montagnes austères pour aller s’installer  » à vie  » dans d’autres régions du pays. Le départ se fait dans le sens des quatre points cardinaux. Nous nous limitons à décrire la trajectoire et le devenir de la diaspora kabyle installée dans l’une des plus vieilles villes de l’Oranie, Sougueur. Qu’importe le point de départ de la Kabylie pour se rendre à la capitale des Rostémides Tiaret située sur les Hauts-Plateaux centre-ouest à laquelle est rattachée la ville de Sougueur. Notre départ a commencé de la ville de Béjaïa, capitale des Hammadites, distante de plus de 400 km de l’ex-Tihert que nous rejoignons à partir de la route de la Rocade. Une trajectoire qui décrit toute l’histoire d’un pays plein de controverses. Il faut contourner donc, à partir de Bouira, pour rejoindre cette voie rapide en passant par Sour El Ghozlane le QG du guerrier berbère Takfarinas. Jusque-là les signes de vie kabyle sont présents avec ces petits marchands à la sauvette qui proposent aux passants l’un des fruits du terroir, la figue fraîche. Sinon, le panorama du grand relief montagneux du Djurdjura suffit pour nous rappeler la particularité de la région. Au lieu dit col de Bekouche, un point culminant à 904 mètres d’altitude, commence la descente aux enfers. C’est aussi une traversée du désert puisque l’on est contraint de passer en ce mois d’août par quelques régions pastorales semi-désertiques.

Il était une fois Trézel

Sidi Aissa et Ain Lahdjal, relevant de la wilaya de M’sila sont devenues des villes commerciales par excellence servant de relais aux voyageurs du Nord vers le Sud, ou inversement comme ceux des régions Est et Ouest.

C’est à partir de cette dernière ville-carrefour que le choix de notre destination est fixé. Nous devons désormais prendre une ligne droite de cent kilomètres de la rocade est-ouest pour atteindre Bouguezoul, un autre carrefour national que l’on a annoncé comme la prochaine capitale administrative. Sur le territoire de la wilaya de Médea, elle est aussi proche de Djelfa, la ville de Bouguezoul est traversée par la RN 1 d’Alger vers le grand sud et par la rocade de M’sila vers Oran en traversant Tiaret.

Une halte s’impose dans un grand relais géré par un Kabyle qui n’a pas manqué d’installer une enseigne en tifinagh. Il y a tout ce qui peut soulager les voyageurs. Un hôtel, restaurant et café ouverts H24, avec en plus des sanitaires, une salle de prière, un taxiphone et une boutique. Il nous reste 148 km pour atteindre Tiaret. Le dernier quart de notre périple nous fait visiter les villes de Hammadia et Mahdia en passant par le grand marché de Hassi Fdoul. Nous avons l’occasion de prendre en stop un jeune gendarme qui nous parle du manque de transport sur cet axe surtout les jours de marché. A peine s’est-il informé de notre résidence, qu’il parle avec assurance de la situation sécuritaire qui prévaut ces derniers jours en Kabylie, tout en nous assurant que les choses se sont beaucoup améliorées ici. Nous laissons notre passager dans un petit village et nous faisons un détour du côté de Bouchekif pour atteindre notre destination sans passer par la ville de Tiaret afin d’éviter les encombrements. C’est dans cette localité de Bouchekif qu’est implanté l’aérodrome de cette wilaya, ainsi que la première usine nationale de voitures, la fameuse Fatia qui devait naître ici et n’a pas encore vu le jour. Ainsi, à défaut de ces voitures locales restées une Chimère, Tiaret garde jalousement son cheval pur sang de renommée mondiale. Sougueur est à 12 km d’ici et l’on voit déjà les reliefs des deux montagnes qui délimitent cette contrée, le Nador au sud et Djebel Aabed au nord. Si la distance s’avère longue, des similitudes historiques sont là pour témoigner d’un rapprochement. Trézel fut le nom donné à cette ville par les colons. Un hommage à l’un des généraux français appelé Camille Alphonse Trézel (1780/1860) qui commanda l’expédition de Bougie en 1833 et prit possession de la ville le 29 septembre de la même année. Trézel fut une métropole créée par des colons « aventuriers » à la fin du 19e siècle dans cette région agropastorale des Hauts-Plateaux. De prime abord il s’agit d’une ville à caractère architectural européen au vu du nombre de villas, jardins et des quelques petits châteaux bourgeois qui constituent la zone urbaine.

Une véritable carte postale. L’ex-Trézel est tracée en plusieurs carrées délimités par des ruelles dans les quatre sens, facilitant ainsi l’accès à tous les quartiers et cités de la petite ville. Le tout est entouré de vastes champs de vigne, de céréales et d’amandiers. Cette métropole de vignobles et d’agriculture nécessita d’autres mesures d’accompagnement au titre d’artisanat, de commerce et de transport. C’est à partir de là que quelques commerçant kabyles et mozabites sautèrent sur cette aubaine pour s’y installer avec leurs proches. A coté des colons européens ce furent ces quelques Berbères du M’Zab et des montagnes de Djurdjura de se lancer à tracer la nouvelle destinée de cette porte du Sud.

Les Ouacifs à l’assaut d’une ville lointaine

La ville n’est plus ce qu’elle était jadis. Le béton et l’extension urbaine tous azimuts ont pris des proportions alarmantes. Plus de vignoble autour, le désert commence déjà à menacer la verdure d’antan par la poussée sablonneuse. Au centre-ville, la circulation s’agglutine entre véhicules et piétons qui ignorent les trottoirs. Une ville qui a quelque chose de particulier par rapport à d’autres à savoir la calèche qui côtoie l’automobile.

Un signe rustique qui réclame toujours sa place malgré l’explosion du marché de l’automobile. Nous nous sommes orientés vers un quartier récemment créé, cité deuxième tranche implantées sur des anciennes vignes

Mohand Arezki Ilimi et sa famille sont originaires d’un village de la Haute-Kabylie Aït Abdelali. Hormis le père né à l’ex-Michelet, tous les autres membres ont vu leur naissance en dehors de la Kabylie , y compris la mère, qui, elle, est née à Djelfa. On parle couramment le kabyle même par les plus petits de la famille. Notre présence coïncidait avec un match de la JSK. L’ambiance est à son comble. Hichem étudiant à l’université de Tiaret et le plus jeune de la famille n’arrête pas de crier à qui veut l’entendre son désarroi devant la la prestation des Canaris. « La JSK c’est sacré chez nous » martèle Hicham qui n’a vu que rarement le bled. La mère, se souvient-elle de son arrivée dans cette ville alors qu’elle n’avait à l’époque que quatre ans. « Mon père Moh-Saïd Belkessa était un commerçant ambulant qui venait souvent à Sougueur. Ayant son petit commerce dans cette ville il a songé à nous emmener et s’établir définitivement dans ce patelin ». Il y a de cela plus d’un demi-siècle cette femme se souvient encore de son enfance dans cette ville aux diverses cultures. « Il nous était interdit de jouer dans la rue sauf les dimanche, pour préserver la propreté de l’environnement et la quiétude des lieux ». Les Kabyles vivaient en symbiose avec les autres communautés qui leur vouaient du respect, ne cesse de se rappeler Rezki le père de cette famille, aujourd’hui grand-père de quelque dix petits-fils. Laissons cette famille pour un moment et allons rencontrer des Kabyles de la troisième génération de la diaspora kabyle dans un coin appelé Echouka située au cœur de la ville. Ils sont trois, presque du même âge. Djilali Ben Brahim, youcef Kidjnane et Kada Allahoum nous ont invités autour d’un café. La discussion fructueuse s’est axée sur l’histoire et le processus d’émigration des Kabyles dans cette région oranaise. Pour la plupart de nos interlocuteurs, l’arrivée des premiers Kabyles a eu lieu vers la fin du 19e siècle, environ en 1890. « La famine et la misère étaient à l’origine de l’exil de nos grands-parents qui se sont lancés à la recherche d’une prospérité plus grande » expliquent nos trois compagnons tout en s’accordant à dire que les premières familles ayant débarqué à Trézel sont les Aït Ahmed, Boufares, Ait Saïd, Ould Mokhtar puis les Ben Brahim. Dans un phénomène d’osmose la liste des partants s’élargit pour rejoindre leurs proches ayant déjà opté à l’exil d’intérêt.

A la cité Zouaoua…

Cette arrivée massive des Kabyles a pris d’assaut toute la cité Diar El Freh que l’on appelait depuis  » Cité Zouaua « , car, habitée en quasi-totalité par des Kabyles. Cette présence forte et positive a métamorphosé la région, ayant connu en un court laps de temps un essor fulgurant en développement dans plusieurs domaines. A côté des quelques Mozabites, à l’image des Bakir, les nouveaux Trézeliens des Ouacifs monopolisent le commerce. Une vocation de père en fils qui a apporté sa pierre d’achoppement à la construction et la modernisation de la vie des « autochtones » concédée comme un autre moyen de lutte de libération. L’un de ces pionniers de la mise en marche de la vie active de Sougueur était Boudjemaa Ould Mokhtar lequel s’est lancé dans le domaine de transport en créant la première ligne pour les voyageurs. A l’aide de son mulet tirant une calèche, la société Boudjemaa a révolutionné le quotidien des Sougris qui se permirent des déplacements à Tiaret et vers d’autres villes voisines. La société prendra de l’ampleur en remplaçant la bête de somme par un moyen moderne, le camion. Les héritiers Ould Mokhtar n’ont fait que suivre le chemin de leurs aînés en restant fidèles au créneau de Boudjemaa avec des moyens plus modernes. Quant aux Ben Brahim ils se sont lancés dans un domaine réservé à l’époque aux Européens, le cinéma. « En 1936 mon grand-père Lahcène est passé du métier de minotier à celui de gérant d’une salle de cinéma. » Nous a confirmé Djilali qui n’a pas manqué d’afficher une certaine amertume devant le destin réservé au cinéma actuellement. Cette salle historique de cinéma est transformée actuellement en piscine et cybercafé. La diaspora continue à franchir le pas vers d’autres métiers pour accomplir sa mission.

Ali Issad, un intiuteur qui a défié les français

C’est à cet effet que la communauté des Ouacifs avait donné à cette région de Sougueur son premier maître d’enseignement en langue française. Ali Issad était le premier Algérien à prendre la craie défiant ainsi les Français de l’époque coloniale. En guise de reconnaissance, les autorités de cette commune ont baptisé un CEM de la ville du nom de cet enseignant.

Mohamed Aït Amar et Hamou Ben Brahim, tous issus des Ouacifs ont ajouté leur touche à l’histoire de cette ville en y devenant les premiers médecins de cette contrée. Au déclenchement de la Révolution, les Kabyles ont rapidement rejoint les maquis avec comme responsables de la cellule FLN à Sougueur Belaid Kedjnane condamné à mort puis gracié, Ould Mokhtar Mokhtar et Moh Saïd Belkessa. Après toutes ces années passées dans cette ville, le cordon ombilical n’est pas tout à fait coupé avec la Kabylie. Nordine fils de Rezki ne rate aucun congé annuel pour faire apprécier à ses enfants l’odeur des Montagnes du Djurdjura qu’il connaît par endroits. Beaucoup parmi ses Sougris venus d’ailleurs ont gardé des traditions bien de chez nous, avec une solidarité affichée lors des deuils et des fêtes. Ce lien affectif a permis à cette communauté des Ouacifs de s’affirmer encore davantage comme pierre angulaire du développement et de la prospérité de cette commune, second pôle de wilaya après le chef-lieu Tiaret. Forte de quelque 75 000 habitants, la commune de Sougueur est l’une des plus anciennes villes qui possède des atouts lui permettant d’aller de l’avant. Un marché de renommée nationale et une position géographique stratégique, elle peut épouser toutes les vocations possibles, allant de l’agriculture à l’industrie en passant par le commerce et le tourisme. Avec une société hétéroclite les kabyles de Sougueur vivent en toute harmonie avec le reste des habitants en se sentant des fils de cette ville avec des racines profondes. Nous quittons la capitale des Rostémides en empruntant le même itinéraire qu’à l’aller. Le mont de Djurdjura apparaît au col de Bekouche pour nous signifier que la Kabylie est toute proche. Quant aux Kabyles, ils sont derrières nous, ceux de l’autre Kabylie, de Trézel, pardon de Sougueur.

Nadir Touati
dd kabylie

31 Réponses

  1. je remercie toute l’équipe de ce blog pour les efforts déployés pour l’épanouissement de leur ville natale en défendant les valeurs de leur identité.Je tiens encore à saluer l’effort consenti par l’auteur de cet ecrit pour présenter la diaspora kabyle je le solliciterai pour se pencher sur la terminonologie de certains noms de villages qui épuisent leur source du kabyle .Frenda Tihert Sou iguer ……merci

  2. saha le kabyle de sougueur ! je viens de visiter ton site, exellente idée de mettre la ville de souggueur sur le net !

  3. Voilà encore un autre imbécile qui à une grande tête et des petites pattes. Un arabo-baathiste qui se prend pour un grand historien !
    Il ose et sans scrupule traiter les kabyles de « diaspora »,chez eux, en Algérie.
    Je pourrai comprendre, si il disait que les kabyles est un peuple qui aime voyager, découvrir le monde, faire la paix avec n’importe quel peuple sur terre, un peuple pacifiste et un peuple respectueux, mais l’imbécile disait : « L’une des traditions les plus réputées et anciennes des Kabyles est de quitter leur pays vers d’autres cieux où ils peuvent s’implanter comme les autochtones de ces terres d’exil. »
    Il ajoute : « Un autre mode d’exil, sujet de ces lignes, est celui de certains Kabyles qui ont choisi de quitter leurs montagnes austères pour aller s’installer ” à vie ” dans d’autres régions du pays. »
    Après avoir lu ses quelques délires dont il fantasmait comme un pervers dans l’ignorance et le mensonge, je me suis rendu compte qu’il ne peut être qu’un petit Don- Quichotte face à un grand peuple, qui à toujours fait preuve de bravoure et du courage face aux tyrans et les terroristes qui ne veulent que sombrer ce beau pays, qui est l’Algérie, dans les ténèbres et l’ignorance.
    Il est de mon devoir de combattre le mensonge et les menteurs, de les : interpeller, corriger, et les condamner pour leurs insultes et leurs agissement irresponsables.
    Il est de mon devoir de suivre le chemin de mes ancêtres justes et dignes, pour être comme eux, une références et un exemple d’intégrité et de liberté.
    Il est de mon devoir de mettre fin à cette euphorie des arabo-baathistes de vouloir anéantir les berbères en usant de tout les moyens, rien que pour prendre le monopole du nord de l’Afrique, surtout après leur défaite en Espagne.
    Celui, qui ose dire des saletés, des conneries, et des imbécillités d’un peuple aussi généreux que les Kabyles n’est qu’une saleté, un con et un imbécile.
    Les kabyles c’est des citoyens du monde, qui comprennent les autres, qui tolèrent, et qui aiment l’autre avec ses origines et sa cultures, mais sans se fondre et sans qu’ils soient assimilés, car ils sont fier de leur culture et de leur histoires.
    L’enjeux des arabo-baathistes est de mettre au moins un grain de mensonge dans leurs dire à propos des berbère, quitte que la suite du discours soit une vérité qui pourrait leur faire un peu de mal parce que pour eux, tout simplement , tous les moyens sont bons pour gagner du terrain.
    Les kabyles ne sont pas dupes. Si une partie fuit le pays pour X raisons : malaise social, système despotique et assassin, terrorisme, arabisation et islamisation, leurs rêves ne sont chimériques. Bien au contraire, l’Algérie, ce qu’elle est aujourd’hui, est debout grâce à cette poignée de kabyle face aux nombreux bourreaux d’arabo-baathistes qui ne veulent que drainer l’Algérie à l’abîme.
    Les vrais Algériens le savent, parce qu’ils vivent tout simplement le quotidien amère et lamentable de ce pouvoir et ses subalternes qui nous viennent de l’orient pour s’installer comme des autochtones, mais qui foutent la merde par tout dans notre Algérie où beaucoup de mères ont soufferts, mais qu’elles se taisent, mais qu’elles se taisent….M. Lounès.
    Inaadine Yamakoumes Ayahramènes !

  4. @Arezki
    perso, je n’aime pas l’ideologie « arabo baathiste » qui de toute maniere n’existe plus que dans la tete de ceux un peu « depassés » et des has been qui ne voient les choses qu’en termes « binaires » alors que nos problemes sont trop complexes pour les resumer à une polarité de quelques nature que ce soit,
    avec tout le respect que je te doit, ces ‘arabo baathistes » deviennent sympathique devant ton discours radical exclusif, fruit de notre culture boumeidenniste ( en sens opposé ) qui a fait des ravages dont beaucoup de kabyles comme toi sont tombés pieds et points liés sous pretexte de liberte d’expression et de pluralisme !
    si l’article en question de la depeche de la kabylie a des lacunes à corriger, il faut les les preciser sans insultes ni provocations inutiles, c’est typiquement l’espirt de pas mal de nos « demokhrates » qui se croient zaama des defenseurs de je ne sais quoi , alors qu’ils baignent tout autant que le reste de la population dans la mediocrité ambiante bien algerienne ! yakhi halla yakhi !

  5. c’est inné, il y a certains « esprits » qui n’aime pas lire ni entendre la vérité, cela leur fait le mal que la petite lumière exerce sur un aveugle qui vient juste de retrouver sa vue !
    d’ailleurs tous les Algériens qui sont comme toi ignorent les massacres, les boucheries, et toutes les violences perpétrées au quotidien contre le peuple. Cela les concernes pas, car il y a plus important que cela, il y a d’autres problèmes et d’autres choses qui dépasse cette idéologie « binaires » d’arabo-musulmans.
    Pour les gens comme toi, cultiver le mensonge et porter atteintes à un peuple qui t’a accueilli s’avère plus important que d’enlever le voile sur une politique d’anéantissement et de ségrégation.
    Il y’a pas à être désolé, du moment que tu es insultant, menteur, et rusé.
    Cet ingrat de Boumediene n’est qu’une goutte dans l’océan entre ceux qui essayent et qui ont essayer de porter atteintes aux autochtones de l’Algérie.
    Et si tu trouves mon discours radical, et exclusif, moi je dirai ce que tes semblables commettent comme crimes et injustices envers le peuple Algérien méritent les mots les plus acerbes et indignes qu’une langue pourrait contenir.
    Je tiens à préciser encore une chose plus importante, l’orthographe dans l’article ne m’intéresse pas tant que les niaiseries que tu disais !
    Tes réflexions, en tout cas ne m’intéressent pas, mais si tu dis que je baigne dans la médiocrité, je pense la démocratie le permet.
    Enfin, je vois en toi ce que je vois et par tes écrits je constate qu’il y a des sottises bien habillées, comme il y’a des sots, comme toi, bien vêtus.
    Il n’ y a que la vérité qui triomphera.

  6. franchement arezki tu te donnes du mal pour pas grand chose, je ne suis pas d’humeur à m’emballer pour un oui ou pour un nom malgré Ramadhan ( lol ), et j’essaie tant bien que mal de tenir une discussion sans pour autant tomber dans des jugements de valeurs à deux dinars qui n’achetent meme pas un gramme de zlabia !
    j’avais dit que si tu a un reproche precis à faire à l’article de la depeche, tu n’a qu’a en rester au sujet en question, je suis persuadé que l’auteur se ferait un plaisir de te tenir la contradiction , si toutefois le hasard le ferait passer par içi, mais pourquoi diable monter sur tes grands chevaux et remettre tout en question y compris l’algerianité ou l’integrité de l’auteur ?
    personne ne detient la « verité » ni l’auteur de l’article, ni moi ni toi avec tes simplifications, l’algerie se debat dans des problemes inextricables, inutile d’en rajouter un element perturbateur de plus, à savoir la remise en question de l’algerianité des uns ou des autres

  7. Je me demande si tu le fais volontairement ou parce que tu n’es qu’une toute petite tête bornée et faible d’esprit ?Tu ne veux admettre que l’identité est l’un des éléments les plus importants sur laquelle est bâtit toute civilisation et tout pays qui se respecte.
    Tu ignores ou tu ne veut pas admettre que c’est les Algériennes et Algériens qui sont comme toi qui ont fait de l’Algérie ce qu’elle est aujourd’hui : des massacres chaque jours, un marasme morbide, et un engourdissement physique et intellectuel, causé par les attitudes dolosives d’un pouvoir despotique et assassin qui a le soutien du peuple, par son mutisme, sa complicité, et sa passivité que ne fait de lui qu’un peuple traître et velléitaire !
    J’ignore de quelle « Algériennité » tu veux parler, pire !J’ignore de quel Algérien tu parles ? Celui qui vit en Algérie, actuellement, a-t-il un statut d’un citoyen ? Est-il respecté ? A-t-il des valeurs d’universalité, de dignité, et du respect de soi et d’autrui ?
    Les Algériennes, pauvres qu’ils sont, ne pensent qu’à leur ventre, aux bombes qui explosent chaque matin et soir, fuir ce bled qui n’arrive plus à panser ses blessures après tant d’années de souffrance et de soumission, penser au-delà de la mort (le jugement dernier dont ce putain de momo leurs promis le paradis), mais ils oublient la vie qui ne se vit qu’une fois, mais qui ne s’arrête pas, puisque d’autres générations vont succédés.
    Ces générations qui nous doivent la vérité sur histoire de leur l’Algérie, la vérité sur les méthodes machiavéliques que le pouvoir et les arabos baathistes usent pour tuer le peuple deux fois et sombrer le pays dans la zizanie et la peur perpétuelle.
    Ce qui sont mort pour la liberté de l’Algérie, sa dignité et sa démocratie nous doivent une dettes, celle de faire pareil pour que ceux qui succèderont trouveront leurs traces, mais aussi la notre fidélité à leurs combats, et les valeurs universelles pour lesquelles ils ont donné leur vie.
    Le problème de l’Algérie est identitaire avant tout. Un peuple sans identité est un peuple bâtard. Un peuple assimilé est un peuple qui est voué à la disparition.
    Les Algériens ne sont pas des arabes, n’ont jamais été des musulmans, n’ont rien avoir avec la culture de l’orient, n’ont jamais été un peuple soumis, ce que certains courants fanatiques essayent de nous faire croire depuis plus de quatorze siècles.
    Les Algériens veulent êtres ce qu’ils ont toujours été, un peuple libre, digne, et respectueux.
    Aujourd’hui, malheureusement, la vérité est assez dure pour qu’elle soit acceptée sans ébranler la sensibilité de ce grand peuple dans ses profondeur, puisque on lui a inculqué le mensonge, et l’hypocrisie, cela fait plus de quatorze siècles.
    Faut-t-il ,aujourd’hui, accepter les la vérité amère qu’elle peut être que de continuer à vivre dans le mensonge, acculturation et la politique des arabo-baathistes.
    Le peuple Algérien est un peuple Amazight, un peuple libre et indépendant. Je ne l’invente pas, mais tout simplement vous refusez, toujours, à admettre la vérité. Jusqu’à quand cela perdurera ? Chaque vérité a son temps, la vérité de notre pays est en route…
    soyons raisonables, francs et voir les choses en face pour mettre fin au mensonge afin de vivre la vie, mais pas non pas l’au-delà?

  8. et aprés avoir pondu tout ça, qu’est ce qu’il reste à faire ? s’exiler au Quebec et refaire l’Algérie et les Algeriens à distance ?
    etre extremiste dans le verbe faute de l’etre dans les faits ne fait pas avancer non plus le schmiblik sinon ça se saurait ! le net est truffé de deversoirs de toutes sortes et certains se donnent à coeur joie, mais en attendant, c’est une perte de temps et d’energie, l’Algérie a besoin d’acteurs qui assument leur responsabilités dans un contexte intenable et non pas des parleurs bons pour des discussions sur le sexe des anges, pourtant, la guerre de liberation a ete menée justement par des suicidaires fi sabil Allah ( chouhadas ), mais combien en reste il de nos jours des algeriens qui sont préts à appliquer dans un sens noble cette quete du vrai patriotisme de nos chouhadas, resumé plutard par la phrase de Tahar Djaout : dit et meurs ! ?
    tiens arezki, tu veux pas nous faire une petite « purification ethnique » et qu’on ne parle plus ? c’est grosso modo, la nouvelles recettes de nos jours à travers le monde ! si tu ne veux pas, alors, soussem rayhem babak !

  9. Je n’ai pas du venin à injecter, je n’ai pas de la haine à semer, et je n’ai pas de règlement de compte avec personne. Je suis jaloux de mon pays, je dis des vérités qui font mal, tant pi ! Je dis et je risque de mourir tant pi ! Je ne considère pas les Algériens comme des brebis qui nécessite la présence du berger.
    L’Algérien a besoin de connaître la vérité pour se connaître, a besoin de la vraie histoire pour se repérer, a besoin d’une bonne instruction pour pouvoir faire face au aléas de la vie, a besoin des écoles et non pas d’une nouvelle Mec, à des milliards, qui portera le nom de Boutef : un voleur, un con, et un imbécile qui à soif du pouvoir. D’ailleurs, on le verra encore, puisque il changera la constitution pour avoir un troisième mandat. C’est qui tire du fond de ma conscience le verbe. Je te rassure que cela ne sera pas en vain ! Si l’Internet est bourré de controverses, je pense que son utilité dépasse largement les inconvenants, que grâce justement à cette technologie que certains se vide. Internet, un bon sujet à débattre ?
    La priorité, qui m’écure, c’est les maux de mon pays, ses angoisses et ses cauchemars qui le honte et le hante à jamais !
    Hier, l’ennemi de l’Algérie, de Krim Belkacem, Amirouche, Boudiaf…on le connaissait, c’était des personnes, c’était un autre pays qui voulait soumettre le peuple Algérien, mais aujourd’hui l’ennemi de l’Algérie son nom c’est l’arabisation, l’islamisation, mensonge, hypocrisie, trahison et ignorance. C’est l’ennemi le plus puissant, il est partout, mais il reste invisible. Personne ne veut de lui, mais tout le monde s’en sert et vit de lui et avec lui.
    Les Chouhadas, n’ont jamais voulu la soumission, la hogra, et la tyrannie. Les Chouhadas n’ont jamais abandonné l’Algérie pour les barbus, pour les fellagas et pour les escrocs, comme ceux qui nous gouvernent aujourd’hui, qui ne cessent de ridiculiser l’Algérien, dénié de ses droits les plus essentiels.( 80 pour cent des Algériens, en 2008, ne mangent pas à leur faim.) Dommage !
    Je n’essaye pas, par mon verbe, de semer la zizanie ni de créer la confusion, mais, parce que comme tout Algérien qui a une conscience, je suis frustré et sidéré à la fois, de voir tout un peuple qui sombre dans l’ignorance , par un retour massif, sans aucune conviction ni aucune instruction à l’âge de la pierre, l’âge des croisades et des religions.
    Je suis obsédé par l’idée que tout Algérien a le doit d’être respecté et respectueux.
    Etre présent physiquement, en Algérie, ne veut rien dire, car le travail peut se faire quel que soit où tu te trouve, mais si ton cœur est dure et ta conscience est morte même si tu prends la place de Boutef, sois sûr, tu ferras comme lui.
    Pour en finir, le jour où tous les Algériens, Algériennes seront prêts(es) à regarder les choses sans avoir froid aux yeux et reconnaîtront qu’ils ont rien à partager avec « mom » ni avec ses subalternes et que l’identité Algérienne soit considérée avec sa berbèrité et son intégrité, ce jour là sera celui de la vraie prise de conscience et de retour à la raison pour ressembler vraiment à des vrais citoyens du monde.
    Cela, je sais qu’il ne viendra pas, comme ça par hasard, si ce n’est avec le verbe qui s’inspire de la justice et de la vérité que beaucoup ignorent ou, tout simplement, ne veulent pas admettre.

  10.  » aujourd’hui l’ennemi de l’Algérie son nom c’est l’arabisation, l’islamisation, mensonge, hypocrisie, trahison et ignorance. C’est l’ennemi le plus puissant, il est partout, mais il reste invisible. Personne ne veut de lui, mais tout le monde s’en sert et vit de lui et avec lui « .

    on peux tout dire et son contraire !

    d’une l’algerie n’a pas d’ennemis, l’algerie est mal gerée c’est tout

    l’arabisation ?

    pas plus catastrophique ni injuste que la gestion de nos usines clés en main au temps de Boum, ratage sur toute la ligne !

    l’islamisation ?

    un mot galvaudé qui ne veut absolument rien dire, c’est juste un artifice pour se donner un beau pretexte pour prendre le pouvoir « temporel » !

    le mensonge ?

    le mieux partagé à travers le monde, rien d’exeptionnel

    l’hypocrisie ?

    idem, un peu plus multipliée chez nous qu’ailleurs, mais pas de quoi en faire une theorie sur notre pays

    la trahison ?

    un mot trés kabyle qui remonte à la guerre de liberation, on a tord de l’utiliser pour un oui ou par un non, ceux qui sont pour une republique democratique doivent le rayer de leur vocabulaire,sinon ils ne valeraient pas mieux que les khorotos de tous poils

    l’ignorance ?

    effectivement la base de tout, mais que faisons nous pour la reduire dans nos contrées ?
    je suis desolé à te dire que meme si je vois que tu es le plus sincere algerien au monde, tu ne participes pas plus à sortir ton peuple de son ignorance, les Bouteflikas que tu pointe du doigts ne sont qu’un maillon de notre chaine de mediocres….( certes, ses semblables sont à l’origine de notre mediocrité, mais à part ça, NOUS n’avons rien fait non plus pour changer les choses )

    à titre d’exemple, je vais à mon tour jouer au donneur de leçons, quand tu a lu l’article à l’origine de cette discussion, il aurait ete plus utile de t’adresser directement à l’auteur ( ici meme ) et dire point par point ce qui te gene, pourquoi grossir les traits et accuser ce journaliste un peu trop rapidement de tous les mots et maux ? crois tu sincerement que ce journaliste ( que je connais pas ) est un traitre et tuti quanti ?
    lui au moins, il ecrit dans un journal sous son nom propre, avec toutes les difficultés possibles et imaginables qu’on connait ( nos journalistes sont souvent des SDF ) mais ceux qui ne font que lire et critiquer sans rien contribuer et tout cela derriere un clavier, c’est notre immense majorité

    pour l’instant je ne vois pas des « mères Theresa » sillonner benevolement les villages de kabylie pour tenter d’enrayer L’ IGNORANCE, mere de toute notre decadence, moi je ne le fais pas, toi non plus manifestement à part traiter Boutef …..et Ouyahia ( ne l’oublie pas ) de tous les noms d’oiseaux ! cela est vraiment derisoire et ne sert strictement à rien !

  11. Je suis ce que je suis !!!
    La plus exacte caractéristique d’un individu c’est d’être ce que les autres ne sont pas. Pouf !
    Je reconnais que chacun a sa façon de penser, de faire, mais aussi de juger et de concevoir les choses ainsi que les personnes.
    On reconnais tous que l’Algérie a mal et les algériens suffoquent depuis des années et des années.
    Les usines ont laissés la places aux mosquées, la guerre est menée contre les autochtones(assimilation, arabisation, islamisation, etc.), la vérité a cédé la place au mensonge, la critique est bafouée, pour que le mutisme et la complicité règnent dans notre société.
    Ces dernières années, j’ai constaté, partout, en Algérie la montée du fanatisme islamiste : des quêtes pour construire des mosquées et de salles de prière (jamais des usines, des petites entreprise, des ateliers, des maisons de jeunes dans les quartiers, non des « des maisons de dieu » si comme il en manque !)
    Je ne fais que dénoncer cette complicité du peuple algérien, qui est souvent inconsciente. C’est le désespoir qui poussent les gens à croire, et avoir peur de la mort, malheureusement.
    TANDIS QUE :
    Une minorité se régale, se partage le lot !
    Je connais pas mal de fils de dirigent qui se forment à l’étranger, dans des écoles qu’un pauvre citoyen n’aura aucune chance d’affranchir, des formations exclusives à la progénitures de ces bourreaux qui nous gouvernent. Hélas ! C’est l’argent du peuple qu’ils dépensent sans compter et sans scrupule ni conscience.
    LA PRESSE :
    Hommage aux journaliste qui ont osé dire, parler, écrire, dénoncer et informer les gens avec intégrité et courage, mais les journalistes« tata batata », qui pète de leur bouche et font sortir des bêtises, ne méritent pas le respect, « ya memi », du moins le miens.
    Je connais les difficultés des journalistes, j’ai été de dans et je sais de quoi il s’agit, mais ce n’est pas une raison de merder sur le monde. On a plein de forêts, du bétail, une terre fertile et plein d’autres choses pour gagner sa vie, si on assume pas entièrement les principes de cette noble fonction( le journalisme).
    L’ANONYMAT
    Il faut la définir : une lâcheté, une prudence, une hypocrisie, une manipulation, une peur, une intelligence, etc.
    Je ne me cache pas derrière un écran et je ne perd pas mon temps, car je ne cautionne pas ces macaques qui veulent faire de l’Algérie un théâtre de honte, intégrisme et du fanatisme. Je l’ai déjà dit que tous les moyens sont bon : la toile occupe, si j’ose dire, la première place du podium, parmi les autres moyens de communication de notre ère .
    Je n’ai pas peur de personne, j’ai toujours assumé mes idées et je me suis toujours affiché avec mon vrai nom et prénom.
    J’insiste, beaucoup, sur le système éducatif en décadence en Algérie. C’est la première chose qui nécessite plus d’attention et un budget pour faire avancer les choses.
    L’éducation est la pierre angulaire dans toutes société qui se respecte.
    Enfin, je rends hommage aux kabyles , mais aussi aux bons citoyens qui ont toujours su et qui ont toujours été à la hauteur pour faire face aux manœuvres des ingrats qui sont au pouvoir et des arabo-baathistes qui essayent à tout prix rejaillir le feu de la discorde, de la haine, des ténèbres et de l’ignorance en Algérie.
    Vive l’Algérie, sans mensonge et sans les pouvoir fanatiques.
    Que la vérité triomphera !

  12. la verité triomphera ? et tu crois que lorsque la verité triomphera si verité il y’a, les choses iront mieux ?
    allez basta les slogans tiers mondistes à la Chavez et autres feu Boumedienne, c’est une recette qui nous a mené qu’a des realités ameres ! tu t’es aggripé à ta defense de la liberté de t’exprimer en langue maternelle parceque Boumedienne s’etait focalisé maladroitement sur cette question en son temps ( c’etait une des facettes du socialisme algerien, pas besoin de nous resortir l’islamo baathisme qui n’est que les effets ), mais ça t’a pas donné pour autant comme à beaucoup d’entre nous la culture de la democratie necessaire au changement des mentalités ! les reflexes ont la vue dure !
    faut pas rester eternellement un « degat collateral  » de Boumedienne, ca se lis d’ailleurs dans chacune de tes phrases ! relayer cette crispation pour les generations future n’est pas moins dangereuse que l’islamo arabo baathisme que tu pretend combattre ( ce n’est hélas pas une idéologie, ca fait partie de l’algerien depuis des generations )

  13. Je vois que tu es une terre aride, je ne peux espérer cultiver en toi quelque chose. Borne toi encore pour longtemps, comme tu prétend dire que les arabo-baathistes font parti de l’identité Algérienne, dans ton ignorance.
    J’ai toujours su que le changement est une affaire onéreuse, mais toujours possible.
    L’identité berbère, une réalité à laquelle on ne peut se soustraire. C’est une question bien difficile, qui s’écorce et se complique, mais la solution est là malgré tout le mal qu’on lui veut depuis plus de 14 siècle, elle est toujours là.
    Islamo-arabo-baathiste, l’algériens ne l’a pas choisi, mais on le lui a imposer par tous les moyens.
    Ce qui à fait de ,TOI, mais surtout de lui (le peuple algérien) ce qu’il est aujourd’hui : un peuple pauvre, médiocre, ignorant et sans repères.
    Vas lire l’histoire et reviens construire avec moi des idées et des projets véridique qui sont inspirés d’une histoire intègre et vraie pas celle qu’on enseigne dans notre système.

  14. ne va pas trop vite, je te prie de bien vouloir ne pas deformer mes propos, je ne dit pas que l’ideologie arabo baathiste fait partie de nous, mais l’arabité sans aucun doute !
    et perso, je ne mettrais jamais en opposition l’arabité à l’amazighité ( le mot berbere me pose probleme d’ailleurs ) ils sont deux elements indissociables de notre identité, Boumedienne ava

  15. oui je continue…
    Boumedienne avait creusé un fossé au lieu de faire le contraire, et les « berberistes » continuent sur le meme elan, donc effectivement, on ne peux pas trop s’entendre toi et moi, perso, j’aime la pluralité, et l’identité est une chose trop complexe pour se l’approprier avec vehémence !
    je te conseille en toute amitié d’aller lire le Libanais ( wallah je te provoque pas, je t’assure !! lol ) Amine Maalouf
    Les Identités Meurtrieres, EDIFIANT !!!

  16. Je ne nie pas l’existence des arabophones que je considère, des berbères arabisés, des citoyens algériens.
    Ne pas accepter une réalité, la nier, ne relève que de l’extrémisme et du mensonge, mais dire que les algériens sont des arabes et des musulmans, ce n’est que du, « khorotos », de la folie et de n’importe quoi !
    Vivre ensemble est une réalité inexorable. Le peuple doit être conscient de l’enjeu de ces arabo-musulman-baathistes, qui est la démolition de notre pays et je pense que vous n’avez pas besoin d’image pour comprendre et constater cela : des massacres, du fanatisme, de l’intégrisme, inégalité entre femme et homme, entre les différentes couches sociales, la misère, la pauvreté, la peur, le doute, l’ignorance, etc. On en fini pas !
    Mais l’unité ne pourra pas e réaliser, si la grande majorité du peuple cautionne avec la politique intégriste, si la majorité du peuple croit aveuglement à ce que le pouvoir leur inculque comme imbécillités : que les kabyles est une diaspora, les kabyles veulent diviser le pays, les kabyles sont pour le retour des français puisque ils préfèrent s’exprimer avec la langue de Boileau et Molière que la langue d’ « El Moutanabi » : la langue du bois.
    La majorité des algériens ne connaissent pas Krim Belkacem, Aban Ramedane, Ali Mellah, Amirouche, Mira, Ait Ahmed, fatma N’soumar et autres héros qui n’ont jamais voulu que l’Algérie sombre dans les ténèbres de l’intégrisme.
    La majorité des algériens ne connaissent pas l’histoire de leur propre pays. C’est dommage mais ce n’est pas trop tard !
    Pour ce qui concerne :
    Les identités meurtrières c’est l’identité arabo-musulmane : qui massacre, qui tue et anéantir toutes les autres cultures( les ferraouns, les perces, les berbères et toutes autres cultures et civilisations). Depuis combien de siècles qu’on essaye de nous faire croire que la langue de ce putain de Coran est la langue préférée de dieu, que soit disant est impartial, offerte à un peuple bâtard, ignorant, et sauvage avant l’arrivée de cette religion intégriste, qui incite à la mort et à la violence, pour « faire sortir les arabes des ténèbres à la lumière » ??? C’ était ça le début de l’histoire : « ya malike El habachati : konna kawmen djahilia, naaboudo el awthane, nodfino el banates wa hona hiyattes, nosseo el djiwar….baatha el lah ilayna rassoulem …POUR NIKER LE MONDE . La veritable diaspora c’est bel et bien Mouhamed et ses subalternes. Ils étaient en danger, ils ont fuit la Mec pour chercher refuge et protection avec le Roi de El habache, actuelle Ethiopie et la suite je ne vous l’apprend pas car je pense vous savez ce qui a suivi les croisades.
    Enfin, l’histoire du Liban ne pas déjà être une référence pour moi.

  17. A ce jour, je n’ai pas croisé un seul algérien qui parle l’arabe que certain ne cessent de vénérer dans les discours et les textes officiels. Les oranais ont leur propre langue, vers l’est c’est différent, le sud non parlons pas et la capitale est une preuve vivante qu’on a jamais été arabe comme certains veulent nous faire croire.
    Contente toi d’arroser les orangers à Lakhdaria, mais fait gaffe et surtout fais attention à toi, c’est chaud dans cette région, les colis suspects il faut les signaler. Il y’a trop de barbus chez toi essaye de les convaincre d’acheter Mac3 et dites leur que se raser est un signe de propreté.
    J’en ai ras le bol !

  18. normalement, je devais pas laisser tes interventions truffées d’insultes entacher le serieux du site, mais personellement, je n’aime pas la censure, donc, chacun est responsable de ses écrits, la moindre des politesses est la civilité qui voudrait qu’on mesure ses propos, bref, tu ne dialogues pas, tu t »ecoutes parler c’est tout ! personne n’a dit içi que les algeriens etaient arabes ou meme 100 % amazighs à de rares exceptions , il y’a eu des melanges, et ca n’arretera pas, cela devait etre notre force est non pas une source de divisions !
    la nuance que personne en algerie ne fait, c’est juste une question de mots, l’algerien n’est pas arabe incontestablement, mais l’arabité fait partie de son environnment culturel, le seul point qui te donne la force de croire à tes idées, c’est que nos autorités sont incomptentes parcequ’elles n’ecoutent pas le peuple, donc autant ils font des erreurs, autant tu entre toi et tes semblables dans le jeux « des identités meurtrieres » qui ne s’appliquement pas seulement au Liban, mais sont une theorie UNIVERSELLE, fais moi plaisir,lis le bouquin, et tu verra que tes idées sont certainement nobles à l’origine mais entachées d’ignorance à force de vehemence !

  19. Tu peux m’exclure de ton Site je ne vois pas du mal si tu le feras.MAIS:
    Certaines vérités font mal.
    Certainement je m’écoute parler, pas comme certains qui ne parlent même pas ou qui ne s’écoutent pas lorsque ils le font !
    La morale fout là où il faut…je sais quand je devrai ne pas mélanger : morale et verité ne sont pas synoyme.
    Récemment, le printemps noir en Algérie, il y a eu des morts, des jeunes sont tué par des balles explosives. Alors te cacher derrière soit disant propos indignes, parles acerbes et discours dur, je pense il y a de quoi à en faire un drame.
    Oui, je sais que ce n’est pas ta mère qui pleure, je sais que tu as des affinités avec ce que tu nomme « ton arabité », mais sache bien que si toi tu insistes à dire que l’arabe, qui d’ailleurs imposé à cent pour cent, on doit la reconnaître, j’avoue je ne te suis pas là dutout.
    Je sais que tu n’est pas capable de te mettre dans la peau d’un kabyle qui porte cette Algérie dans son cœur et qui voit des arabo-baathistes qui ont débarqué de l’orient nous donnent des leçons d’histoire et khoroto sur sa propre terre. Tu ne comprendras jamais ça !
    Tu pas le bagage nécessaire et l’esprit universel que tu prétends avoir pour comprendre ce kabyle qui parle avec sa mère une langue qu’il n’a pas appris à sa rentrée à l’école, pire encore, on lui a menti sur toute la ligne. Alors, une fois mûr, il constate que des kabyles comme lui ont donné leur vie et tout leur temps pour que cette langue soit là aujourd’hui.
    Qu’est ce que tu as fais, toi, pour défendre cette cause noble, cette langue propre et cette région qui t’a permet d’être ce que tu est aujourd’hui ???
    Je te ferai plaisir en te disant qu’en Algérie y’a pas que le problème d’identité, mais, malheureusement, il est là. Si on veut passer à autre chose il faut d’abord le resoudre, pas l’ignorer, pas le marginaliser et pas le minimiser parce que, personnellement, c’est ma raison d’être.
    Je l’ai déjà dis, l’Algérie va mal. Ce n’est pas dans e but de te rendre des comptes, mais c pour juste te dire que je fais ce que je peux : par n’importe quoi, car tout ce que j’ai dis tu n’a qu’a me dire où j’ai inventé, où j’ai menti et où j’ai attaqué par des insultes si ce n’est pour faire face à ma manière à des courants et des personnes qui ne veulent et que ne cessent me faire du mal ou en le faisant à mon identité Amazight.
    On réintègre les égorgeurs, des terroristes dans la société sans problèmes, mais tu tolères pas des vérités, justes et fondées.
    De nos jours, ça manque les gens qui ont un esprit critique, constructif, inspiré, logique et ouvert.
    On arrive plus à panser nos blessures, à en finir avec ce pouvoir despotique et assassin, avec ces arabo-baathistes qui nous nargue et nous rend la vie impossible.
    Que faut-il faire ? Y a t-il des solutions ? Comment intervenir ? Quels sont les moyens de prévention pour endiguer, oued El Harrache, ces bourreaux qui nous gouvernent depuis plus de quarante ans ?
    Le malaise social :
    La crise d’emploi et l’absence d’une politique d’emploi en Algérie à provoquer une anarchie totale au profit des entrepreneurs qui exploitent le pauvre citoyen : aucune assurance, aucune protection ni prestation.
    Le travail est la clé de la réussite, de développement, la pierre angulaire de l’autosuffisance et le symbole de la liberté.
    La plus part des algériens ne mangent pas à leur faim, ne peuvent pas se permettre un plat avec un bout de viande, ont la peur au ventre à chaque « rentrée scolaire », ne subviennent pas aux besoins les plus élémentaires.
    Crise politique :
    Le peuple algérien est sous l’emprise d’une politique politicienne, depuis de régime de Boumediene à nos jours, qui le met aux aguets.
    Un seul parti unique, celui des voleurs, des assassins, des égorgeurs, des intégristes, sous différentes formes, les pires qu’on a vu, jusque ici, c’est ceux de BOUTEF : des massacres, des arrestations arbitraires, de la répression gratuite, faire disparaître des quotidiens de presse, des personnes et des entreprise privée, etc.
    Crise identitaire :
    L’arabisation a coûté des milliards, l’argent du peuple contre le peuple, à l’Algérie, depuis plus de quarante ans de forcing et de dictature.
    On veut faire des algériens ce qu’ils ne sont pas, leurs inculquer des idées intégristes, archaïques, et dépassée par le temps et l’espace.
    On crié la zizanie, la peur, la division pour régner le plus longtemps possible, pour abrutir le peuple, car ils savent, malheureusement, que drainer un troupeau d’ignorant est plus facile que d’être face à une cohorte de citoyens conscients et instruits.
    L’école Algérienne est en panne :
    Aucune concertation, échange, travail de collaboration et études approfondie n’est organisé avec les acteurs sociaux, les professionnels, les enseignants, les élèves ni les parents d’élèves au sujet des programmes et des méthodes d’enseignement.
    Le pivot de l’éducation Algérienne et le point c’est l’arabisation massive et brutale de la population : une licence de français se préparait en quatre ans, après un cursus bourré de matière en arabe, le futur licencié se voit faire redoubler l’année parce que on lui a glissé un module d’arabe dans son programme de licence de français. Le pauvre a échoué ce module de langue d’ « El Djhithe », langue de bois. On m’a dit qu’il ait au maquis ou je ne sais pas où, ,en tout cas, il est foutu. Mais je me pose la question : qu’est que vient foutre un module d’arabe, dans une licence de français de quatre ans, faire dans le programme, si ce n’est pour faire au moins une victime de plus du système d’arabisation. Les autres filières n’on parrlons pas!
    Or, l’école est la locomotive de la société, le lieu de diversité et d’ouverture, le laboratoire de la recherche et d’invention. On apprend pas comment tuer, comment on doit propager une religion, comment on sera récompensé ou punis par dieu après notre mort. Non l’école forme des génération qui prendront le relais pour gérer le pays, des individus qui auront le soucis pour les génération qui leur succéderont.
    L’école est un lieu où l’élève vivra au quotidien sa liberté, la responsabilité et l’ouverture pour que demain il sera à la hauteur de la fonction qu’il occupera.
    Les solutions :
    Un système éducatif qui répond aux besoins des élèves, pour faire face aux aléas de leur époque et suivre, pourquoi pas dire être à jour avec la technologie et l’évolution des sciences.
    Un système qui garanti une réussite pour tous.
    Un système qui forme, non seulement qui informe, d’interaction, de collaboration et de travail en pairs.
    Un système par compétences, stratégies diversifiées et complexes.
    Le civisme, il faut former des citoyens, la responsabilité ce n’est pas un prestige, mais c’est d’être au service des citoyens.
    Bouteflik, « iklaa thifakhthine ikh » : prends ton paquetage, pas de troisième mandat, l’imbécile.
    Associer les citoyens à a prise de décisions.
    La diversité est un atout, une force et une chance que n’ont pas tous les pays sur terre.
    La laïcité a sauvé des peuples, a met fin aux massacres et au fanatisme en Europe et partout où elle a été adopté.
    REGARDER VERS L’VENIR AU LIEU DE REGARDER DERIER SOI POUR SENTIR SA MERDE UNE FOIS CHIER.
    Les intégristes veulent sombrer l’Algérie dans les ténèbres et l’abîme.
    Les hommes libres les empêcheront, heureusement.

  20. si je ne connaissais pas déjà l’ecole d’ou tu viens, je me serais enervé et le reflexe du coup de ciseaux ( pour voiler certaines verites ) est l’habituelle parade qu’on connait tous, mais je connais « l’ecole algerienne », et donc, je ne veux exclure personne ici encore moins un compatriote
    !
    en revanche, tu dois etre conscient de tes derives, je te le dit en toute amitié, tu n’a pas besoin à t’en prendre à la religion par exemple pour defendre tes « thèses », surtout avec des termes degradants et haineux, tu t’insultes toi meme d’ailleurs, parceque insulter l’islam, c’est insulter tes ailleux kabyles, meme si tu es laic, athée, ou tout autre chose, ca te donne pas le droit de le faire, en revanche, sur le systeme politique, tu peux y aller, c’est ce qu’on appelle la liberté d’expression, vois tu elle a ses regles cette liberte d’expression ( je ferme la parenthese )
    c’est tres frappant comment tu me parait representer une caricature d’un discours connu, tu peux sortir un peu de de cette caricature tout de meme depuis le temps, le net est truffé de contradictions, on est plus cloisoné dans un perimetre avec des gourous autour !
    tiens un exemple, quand tu t’en prends aux « arabes » que tu leur colle systematiquement le mot « baathiste », t’a pas conscience que tu te gourre complement ? , le baathisme est defini avec des statuts et des regles, faut pas dire n’importe quoi sous pretexte que tu defend ta langue maternelle
    et puis,dit moi, Boumedienne, Nait Belkacem, Zeroual, Ouyahia, Bouteflika etc etc, qui ont gourverné et gouvernent toujours l’algerie et l’ecole algerienne, ils sont des « arabo-islamistes baathises » qui tuent les kabyles innocents ?
    faut avoir un discours plus construit pour etre pris au serieux, ne pas savoir defendre sa cause est hélas la meilleure chosel que les algeriens se partagent entre eux !

  21. Depuis le début de notre discussion tu me dis pas c’est quoi ton alternative, bout, clef, conclusion, décision, dénouement, fin, hiatus, issue, parti, remède, réponse, résolution, résultat, soluté, tisane.
    N’ai-je pas le droit de répondre, de défendre la vérité. Ce putain de l’islam dont tu me parles n’est-il pas propagé et imposé sous la lame des sabres et aujourd’hui avec des attentats, des exterminations massives de villages et de familles.
    Réponds moi, sincèrement, si il n’avait pas l’islam est ce que l’Algérie et les algérienne subiraient ce qu’ils avaient subi et ce qu’ils subissent encore d’atrocités au nom de l’islam.
    Dis moi, sincèrement, qu’est ce que « l’arabité » nous a apporté, si ce n’est l’intégrisme et la décadence.
    Je ne tiens pas un discours truffé d’erreurs ni du mensonge.
    Je ne fais qu’appeler le chat un chat.
    Un criminel ne peut pas être appeler un saint.
    Un mensonge ne peut pas être une vérité.
    Une vérité moyenne n’existe pas : il y’a une seule vérité.
    Il y’a malheureusement des kabyles convertis de force ou par ignorance et inconscience, mais je sais qu’il n’existe sur terre un peuple qui est parfait.
    Si c’était au nom du judaïsme, christianisme, bouddhisme, ou autres religion qui massacre dans mon pays, je dirai la même chose : que c’est de la merde, de l’opium et de l’intégrisme pur et simple.
    Ah, j’ai oublié que le coran est sacré, que « momo » et le meilleur des prophète, qu’il a juste baisé, besoin naturel, avec une dizaine de nanas : les plus belles, les plus jeunes (on parle même de pédophilie, vu son âge) et les plus âgées que le lui. Tu vas me dire, aussi, que j’invente ou j’insulte et relatant des faits et des vérités.
    Aussi, j’ai oublier de dire que tous les musulmans savent que les passeports qui n’ont pas le cachet de « momo » ne sont pas valide pour avoir une place au paradis, des vierges, les fleuves du miel, du vin et tout le confort que l’homme n’a jamais connu.
    Admettons la vérité, si dieu a donné la vie à sa créature et une tête qui lui permette de distinguer le bien du mal, je ne vois pas la nécessité pour que ces islamistes, qui ne sont que des êtres sans défense et ingrats qu’ils sont sur cette terre, défendent le plus puissant, leur créateur, l’omniscient et l’omniprésent.
    Pouf ! Les imbéciles heureux !!!

  22. qu’est ce que tu veux que je te dise, Allah yahdik quand meme !!
    je sais que cette phrase te fera une belle jambe mais jusqu’a preuve du contraire, culturellement on sait ce que cela veut dire chez nous meme si on est pas croyant !
    juste un mot tout de meme, tu dit que tu appelle un chat un chat ! ah la belle affaire, et tu crois qu’en disant cela, tu aura raison malgré tout ?
    non mon pote, la raison est ailleurs, l’algerie a vecu 14 siecles en societe musulmane pacifique ( epargnes moi les circonstances de l’arrivée de l’islam en afrique du nord, je connais mon histoire )
    let es islamistes qui t’obssedent ne sont qu’un phenomene politique conjoncturel dans le temps, faute d’une democratie pluraliste qui peut exister en terre d’islam quoi qu’on dise, ces islamistes ou autres arabo baathistes que tu adore aussi sont un peu à l’image des « berberistes » qui fanfaronnent vulgairement sur le net et à l’etranger en general,mais sont incapables de se reunir chez eux en groupe de 30 personnes sans se chamailler comme des enfants, et encore moins avoir un discours coherent, ça aussi ca s’appelle un chat !
    mais je te le repete une fois, tu n’est comme pas mal de kabyles qu’une victime « collaterale » de la politique repressive du feu Boumedienne, lui, il est mort, mais toi et tes semblables, vous etes restés scotchés sur les années 70, et ceux qui avaient tant bien que mal voulu sortir de ce moule, ils se sont vite fait acheter par le pouvoir et autres Bouteflika de pacotille
    ah oui, j’allais l’oublier, vous avez aussi laissé la place ….et les maquis kabyles…. aux groupes terroristes « islamistes » armés!
    voila le resultat de l’inconsistance politique !

  23. Je me demande qu’est ce que tu fais toi pour changer la misère de l’Algérie, je doute que tu sois, en ce moment, à Lakhedaria ! Sinon tu osera pas me dire tes conneries.
    Mes semblables t’ont permet de t’exprimer et d’êtres en vie pour parler de la démocratie.
    L’histoire des envahisseur, ce n’est pas du nouveau, ne date pas de quatre siècle, si tu prétends encore une fois connaître l’histoire de l’Algérie. Beaucoup d’algériens me disent, à ce jour, qu’ils n’ont jamais cru que l’empire français plia son paquetage un jour et quitter le pays.
    Quatorze siècles dans une vie est une goutte dans l’océan, ça ne m’impressionne pas, car cela fait beaucoup plus que cela que des tyrans essayent de soumettre mon pays, mais en vain.
    Le jour- j arrivera, t’inquiète, pour que cette terre soit reprise par mes semblables.
    Si tu veux je t’apprendrai c’est quoi le respect, l’honnêteté, l’intégrité, la démocratie, la laïcité, le civisme, la justice et la liberté. Je t’aiderai même à t’éclairé, à t’aimé, aimé les autres, mais aussi à appeler le chat un chat.
    Dis moi, de puis l’arrivée de l’islam et des arabes en Afrique du nord, quand est-ce que l’Algérie a connu la paix ? Ce n’est pas une crise politique : c’est la gangrène qui a gagné du terrain et là elle manifeste ses inconvénients.
    Ouvres tes yeux et réfléchi avec ta cervelle si tu n’as pas celle d’un moineau.

  24. « Sinon tu osera pas me dire tes conneries. »

    merci pour les compliments, bravo tu es champion pour un dialogue « civilisé » lol

    « Mes semblables t’ont permet de t’exprimer et d’êtres en vie pour parler de la démocratie. »

    ah parceque tu t »approprie à toi tout seul ( ou ceux qui pensent comme toi ) les evenements d’octobre 1988 qui sont jusqu’a preuve du contraie le declencheur de la relative liberté df’expression ?

    ‘L’histoire des envahisseur, »

    c’est de l’irresponsabilité que de traiter ses compatriotes d’envahisseurs, mais bien sur, tu va ramener l’armée du Quebec pour liberer …..au fait, tu veux liberer quoi au juste ? re lol

    la cervelle du moineau te souhaite une bonne soirée ! trés enrichissant et meme trop drole notre dialogue de sous dev !

  25. Bonjour à vous deux, je voudrais dire quelques mots à ce Kabyle qui parle de beaucoup pour dire des contre-vérités flagrantes.

    Concernant l’arabe, tu parles de science et d’école :

    a) les bases de la science c’est les chiffres1,2,3, et j’en passe, comment on les appels, on les appels les chiffres arabes, si on leur donné ce nom, c’est parce que les Arabes les ont inventés.

    b) La géométrie, fait partie de la science, son existence remonte aux pharaons, les grecs l’ont copiés, les Arabes l’ont améliorée pour faire ce qu’elle est actuellement.

    c) La Médecine, elle la même origine que la géométrie et le même developpement.

    Comme on peut le voir, les arabes ne sont pas des cancres, comme toutes les civisations ils ont eux leur époque de gloire, et apporté beaucoup à l’humanité.

    Sur le plan de la religion, je revendique comme toi, ma culture berbere, je revendique mon histoire, et je passe beaucoups de temps dans la recherche justement dans l’histoire des origines berbére.

    Ceux qui ont dirigé l’Algérie depuis l’indépendance rien ne dit qu’ils ne sont pas d’origine berbére, as-tu fais leurs arbres généalogique, je ne pense pas.

    Qu’ils soient des mafieux, des ingrats, des arrivistes, des manipulateurs, j’en conviens parfaitement, mais cela n’a rien à voir avec l’Islam, nous la majorité des Kabyles qui faisons partie de l’ensemble de la race berbére, la majorité nous sommes des musulmans à ce titre nous revendiquons l’héritage notre religions l’Islam.

    La religion n’a rien a voir avec la politique, que les politiciens s’en servent pour durer au pouvoir c’est autre chose.

    Insulter la religion et le prophéte comme tu le fais, alors qu’ils n’ont rien a avoir avec la politique des dirigeants Algérien, cela prouve que tu es comme les dirigeants Algérien, vous avez rien dans la tête.

    Malheureusement c’est la majorité du peuple Algérien qui subit les conséquences des ignares comme vous.

    c) La Médecine, elle a été inventé par

  26. Ton discours controverse , confus et superficiel car ce que tu attribues aux arabes comme invention et découvertes ( les maths, la médecine, la géométrie, etc.) n’est que l’œuvre des phénicien, les perses, et les pharaons, qui ne sont pas des arabes.
    Ais disons que les arabes ont fait quelques choses de bien pour l’humanités, et alors ?
    Est ce que cela leur donne le droit de merder le monde ? Est ce que cela leur donne le droit de soumettre des populations sous leurs emprise extrémiste et aveuglée par une invention ou une religion ?
    Dommage que vous n’arriviez pas à admettre la vérité et surtout faire la part des choses !
    Je pense que les français ont plus d’avantages, de doits et de crédibilité de faire des louanges tels que les tiens pour prétendre d’avoir le droit de coloniser mon pays qui est l’Algérie.
    Ils sont plus avancé que les arabes en plus, plus développé, plus ouverts, plus créatifs et plus intelligents que les arabes. Sinon dis moi le contraire.
    Vous voulez me faire croire que je suis un descendants des badaouistes ? Et l’islam est la seule et unique religion des algériens, imbécile va ! Je me demande d’où tu sors et où tu vis pour te permettre dire des conneries pareilles ?
    Un autre érudit ! Avant que tu lises les torchons écrit par les falsificateurs de vérités et de l’histoire, regarde plutôt ou tour de toi pour voir à tel point que l’Algérie n’est pas ce que tu prétends ni ce qu’elle est aujourd’hui.
    Retrace ton arbre généalogique pour connaître tes origines au lieu de me demander de vérifier celle des bâtards qui nous gouvernent et les envahisseur qui veulent soumettre l’Algérie et la drainer au moyen âge et aux temps préhistorique.
    Au lieu de t’adresser à moi dis plutôt les vérités et les réalités des inconvénients de cette idéologie arabo-islamo-baathiste.
    Dis que le peuple algérien s’est fait avoir par une religion et des badaouis belliqueux.
    Regarde aux tour de toi et ce qui ce passe dans ton pays pour comprendre ce que je dis, car ça ne demande pas d’être érudit pour le constater : misère, massacres, injustice, intégrisme, fanatisme, hypocrisie, ignorance et toutes sorte de marasme et dégradation.
    Cette situation d’ankylose ne peut être que la conséquence des attitudes dolosives des arabo-islamo-baathistes conte une population très généreuse : les kabyles.

  27. cherche au moins ce que veut dire ton prénom ou ton pseudo et reviens jazzy avec moi. IMB…

  28. et arrêter de grogner et de grognonner.

  29. « Je pense que les français ont plus d’avantages, de doits et de crédibilité de faire des louanges tels que les tiens pour prétendre d’avoir le droit de coloniser mon pays qui est l’Algérie. »

    Boualem ( le Bachaga, un chaoui, celui la, c’est dire que la connerie n’a pas de « frontières » ) avait dit la meme chose je crois dans les années 50 ! ça avait un nom cette façon de penser ! ce « chat » on l’appellait : HARKI

  30. Oui, tu as bien raison, si nous les kabyles on cèdera à cette mouvance et idéologie arabao-islamo-baathiste on deviendra des traîtres pour les générations qui nous succèderont.
    Il faut justement qu’on face avec ces cons comme toi ce qu’on n’a fait avec les français et tous ceux qui ont essayer de soumettre le peuple algérien.

  31. merci pour cette infos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s