Guerrouma, Septembre 2008

  • Lakhdaria / Guerrouma
    L’eau, le logement et les routes font défaut

Guerrouma, située à 35 km de Lakhdaria, aurait eu le statut de commune dès 1958 selon ses villageois, des agglomérations de zônes rurales qu’elle dépassait, question prospérité en ces temps là, seraient nommées daïra grâce aux efforts consentis par les élus qui se sont succédés à la tête de ces assemblées communales. Guerrouma qui regrouperait 1 500 à 2 000 habitations avec environ 18000 âmes, a selon Esseïd peu évoluée, et bien sûr qui n’avance pas recule”. A son avis “l’abondance des maisons est cette préoccupation comme priorité première dans la localité”. Toutefois, dans le cadre du programme portant suppression de l’habitat précaire, Esseïd note : “Il y a environ 200 foyers qui ont bénéficié de cette aide, mais les autres dossiers n’ont pas connu de suite”. Evidemment, l’explication au blocage de l’opération RHP au niveau de Guerrouma est connue de tous, y compris pour Esseïd. “La parcelle de terre dégagée sur le lieudit Zouadna devant accueillir le projet, a été durement ébranlée par le séisme de Boumerdès”. Après donc les réserves émises par le CTC et les services de l’Urbanisme, ajoute Esseïd “le projet des 150 logements en RHP retenu initialement sur Zandna à été affecté sur Guerrouma-centre, où 60 logements sont en cours de réalisation”. Par ailleurs, l’état impraticable du stade devant recevoir les joutes des sportifs locaux, le tronçon non bitumé reliant Sebt à Guerrouma, et le peu de moyens dont dispose la salle de soins pour mener à bien notamment les séance de consultations médicales, cite Esseïd, “Restent pour l’heure des doléances non encore résolues”. Aussi, des localités de zônes rurales telles que Guerrouma, puisant leurs principales ressources des élevages ovin, bovin et avicole ont accueilli avec satisfaction les récentes décisions portant protection et multiplication des cheptels locaux. Ceci, dira Esseïd, “permettra à Guerrouma de tirer son épingle du jeu s’agissant de l’objectif des 10 000 unités d’élevage que compte atteindre la tutelle”. Seulement, fait-il remarquer, “le délai de 12 mois prévu au remboursement est relativement court pour l’éleveur appelé attendre la mise bas, à engraisser les petits, et en dernier lieu vendre pour honorer ses crédits”. Mais sur toutes les préoccupations répertoriées à Guerrouma, celle relative à l’alimentation en eau potable des hameaux avoisinants, à l’exemple de Ouled Hamdène, Ouled Allel, Taâracht et Djouaadja, est plus ressentie que d’autres. A ce sujet, termine Esseïd, “il n’y a que Guerrouma-centre et Abdenour qui en ont, les autres font appel aux colporteurs moyennant 700 DA les 2000 l”.

A. Chérif

dd kabylie

Lakhdaria, Infrastructures scolaires à Guerrouma
Le régime de l’internat fait défaut au secondaire

Guerouma est l’exemple même de la commune ou l’on retrouve une population où prédominent les tranches d’âge des 16 ans et plus, lesquelles ne se font pas remarquer seulement au niveau des bureaux ANEM de Lakhdaria, mais se présentent en force dans le secteur de l’enseignement notamment dans les paliers moyen et secondaire.

Guerrouma, distante de 35 kms de Lakhdaria, et qu’on peut joindre par la localité de Sebt en empruntant Makhchéne et Babor, est suffisamment dotée en infrastructures scolaires pour la plupart mobilisées au palier primaire et d’autres au cycle moyen ; ceci, fait remarquer un villageois “assure une prise en charge de la demande locale” ; néanmoins, continue-t-il, “tant que les élèves sont inscrits au niveau de Guerrouma, il ne se pose aucun problème, mais lorsqu’ils accèdent à un niveau supérieur… Bonjour les problèmes !”

Bien sûr, concernant le palier moyen, les deux CEM dont dispose le chef-lieu de la commune, n’accueillent pas les mêmes capacités, puisque celui appelé El Baydha prend uniquement 190 places, et le CEM Guerrouma-centre reçoit quant à lui pas moins de 1200 élèves, dont des internes et des externes. “Le problème est justement à ce niveau, note un citoyen de Guerouma. Lorsqu’ils étudient à Guerrouma ils bénéficient du régime l’internat et de l’externat, mais une fois inscrits à Lakhdaria ils font la navette”.

D’ailleurs, la petite trotte de 35 kms à laquelle se livrent les lycéens inscrits à Lakhdaria n’est pas fait pour arranger les choses que ce soit financièrement, ou encore en dépense physique, lesquels désagréments n’ont pas laissé insensibles les responsables locaux, dira encore notre interlocuteur de Guerrouma. “On parle ici et là un niveau des représentations de l’Etat d’un projet de construction d’un lycée, mais pour l’heure cela n’a rien d’officiel”.

Sinon, question infrastructures primaires, Guerrouma est sans nul doute l’une des meilleures localités dotées de ces établissements, elle compte pas moins de 18 écoles primaires éparpillées à travers la circonscription, lesquelles commencent petit à petit à se doter de cantines scolaires comme dans les temps passés.

A. Chérif

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s