Rattraper le retard du develloppement à Lakhdaria

lakhdaria

lakhdaria

Rattraper le retard…

La daïra de Lakhdaria a bénéficié d’un des plus importants plans de charge pour son développement local, au niveau de la wilaya de Bouira.

Lors de la dernière visite présidentielle à Bouira, un programme complémentaire a été accordé dans lequel était inscrit la priorité du raccordement au gaz de ville au profit des contrées lointaines et zones rurales, à l’image de la commune de Bouderballa relevant de la daïra de Lakhdaria.

Tout est à faire

Sinon la commune de Lakhdaria, elle, bénéficiera également d’une requalification urbaine d’une grande importance. Il y est prévu deux (02) grands boulevards.

Leurs études sont en cours en attendant d’engager les travaux au moment opportun. Il est aberrant qu’une localité aussi importante ne bénéficie pas de prise en charge en matière de population après celle de Bouira-Ville. A ce sujet, le wali a insisté sur “l’exploitation des données du RGPH pour aborder le futur d’une quelconque commune en matière de besoins.”

Faisant état de la situation globale de la commune, il été noté pas mal de points noirs au niveau de cette localité dont l’un inhérent au siège de l’APC.

L’actuel étant trop étroit, il sera procédé à la construction d’un nouveau siège, une AP de trois milliards de centimes sera allouée à cet effet. Les anciens locaux, après aménagement, seront affectés aux services techniques de la commune.

L’autre point, non moins important, est l’actuelle Auberge de jeunes. La décision a été prise de la réquisitionner au profit de la Sûreté de wilaya. Dans le même sillage et pour les mêmes services de sûreté, il a été lancé une demande de recherche d’une assiette pour la construction d’un célibatoruim.

Le second point noir reste lié au secteur de l’Education nationale où il est remarqué un déficit en matière de nouvelles structures d’accueil. Le lycée dont avait bénéficié la commune de Guerrouma n’est pas encore lancé ! De ce fait, les lycéens de cette localité sont réorientés vers la daïra de Kadiria soit à 40… km de leur habitation ! Maintenant que les études sont achevées, le terrain choisi, une autre contrainte fait son apparution, en l’occurrence, l’absence d’entreprises de réalisation.

“Quelles que soient les causes avancées, ce lycée doit être opérationnel en 2009”, avait insisté le wali lors de l’installation du nouveau chef de daïra.

Il en est de même pour le CEM de Boukram, lequel dans l’absence d’entreprises de réalisation reste sans étanchéité depuis une… année. S’agissant de l’habitat rural, la population est tellement pénalisée qu’une révision impérieuse en la matière a été donnée comme instruction aux gestionnaires. Les exemples ne manquent pas au niveau de la daïra de Lakhdaria puisque même les localités touchées par le séisme, qui avait endeuillé Boumerdès, n’ont pas bénéficié de ce mode d’habitat. Un rattrapage est plus qu’une nécessité pour la population. Les jeunes n’ont pas bénéficié non plus de locaux professionnels, en particulier dans les zones enclavées puisque la commune de Boukram n’a pas encore vu venir son quota de locaux.

Enfin, parmi les points noirs notés au niveau de la localité, existe aussi celui de l’extension de la ville où la mauvaise gestion de ce dossier n’est plus un secret pour personne et où les services de la DUC géraient dans un sens et l’Agence foncière en faisait de même, créant une situation abracadabrante, chose qui fait que les responsables actuels sont sommés d’y remédier en urgence, d’autant plus qu’un montant de 17,5 milliards est alloué pour le réseau d’assainissement dont les travaux doivent être lancés avant la fin de cette année. Le problème du glissement du terrain, des réhabilitations des routes et voiries doivent être réglés dans les mêmes circonstances.

Plus d’efforts Sonelgaz !

Les chemins communaux et la décharge publique (en particulier) clôturent ce tableau noir pour lequel le wali de Bouira a insisté pour apporter des solutions aussi rapidement que possible, sans passer outre les difficultés que rencontre la commune avec Sonelgaz qui “n’a pas énormément aidé Lakhdaria, puisque le déficit au niveau de l’autoroute n’est pas encore colmaté, et ce depuis un an ; de nombreux forages ne sont pas encore alimentés comme celui de SEBT T de Guergour, en raison de l’absence d’une force motrice d’où la demande d’une autre approche de cette entreprise pour la région”, avait fait remarquer le premier responsable de la wilaya.

Reste maintenant les projets pour lesquels des efforts énormes sont attendus pour leur concrétisation. Il y a bien évidemment le deuxième tunnel de Ouedrekham de l’autoroute Est-Ouest qui nécessite le suivi rigoureux des responsables locaux.

Il a été inscrit l’extension de l’hôpital pour les dialyses avec un nouveau pavillon d’urgence. Le secteur du transport, quant à lui, aura sa nouvelle gare routière.

Quant à l’investissement, la réflexion porte sur la création d’une nouvelle zone et l’assiette est disponible. Elle sera à Tiliouine sur une surface de 100 ha, tout en pensant à des regroupements régionaux en matière d’investissement et à des structures de formation, d’autant plus que la région de Lakhdaria est toute proche de la capitale où le foncier est de plus en plus rare. Les responsables locaux doivent faire le marketing de leur région auprès des éventuels investisseurs.

Farid Kaci

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s