Elevage de vaches laitieres à Lakhdaria

Lakhdaria Coopérative “RFIG” élevage de vaches laitières
made_at_wwwtxt2piccom
Un projet pour une production de 10 000 l/j à l’horizon 2011

Pendant toute cette période, les étables auront vu le passage de la première année à la troisième année du nombre de vaches laitières de 100 unités à 500, pas moins de 73 vaches gestantes, les taurillons atteindront les 145 unités en passant par les veaux et les génisses de 45 unités à 237 unités pour chaque catégorie d’animaux selon la fiche technico-économique présentée pour ce projet.

En raison de la dégradation très avancée de ses bâtiments d’exploitation ainsi que de ses installations aussi bien électriques qu’hydrauliques, l’ex-COPAWI de Lakhdaria a été reconvertie en coopérative de production laitière sous la dénomination “RFIG” s’étalant sur une surface de 3 ha, cette coopérative entamera son activité pour la première année avec un nombre de 100 vaches laitières tout en ayant à l’esprit l’extension avec l’achat d’un nouveau quota dans les tous prochains mois en nombre de 200 vaches que l’éleveur entend importer d’Allemagne d’ici le troisième exercice selon les dires de l’éleveur “notre production sera de 10 000 litres de lait cru par jour que produiront les 500 vaches en projection de possession.”

C’est un projet ambitieux qui se chiffre après la 3e année à 79 004 000,00 DA.

Pendant toute cette période, les étables auront vu le passage de la première année à la troisième année du nombre de vaches laitières de 100 unités à 500, pas moins de 73 vaches gestantes, les taurillons atteindront les 145 unités en passant par les veaux et les génisses de 45 unités à 237 unités pour chaque catégorie d’animaux selon la fiche technico-économique présentée pour ce projet. Seulement pour réaliser toutes ses promesses, l’éleveur a tenu à demander au ministre de l’Agriculture, qui était de visite à Bouira, une aide portant sur les surfaces fourragères pour le pâturage. Et bénéficier d’une concession d’une partie des terres agricoles aura été une solution sur laquelle le ministre n’a pas fait d’objection pour peu que ce projet s’y concrétise avec l’assistance technique et pédagogique des services concernés de la DSA dans le but de s’assurer de la réussite effective de ce projet.

Il est à noter que c’est un projet ambitieux qui nécessite aide et assistance dans tous les segments de l’investissement en commençant par le volet financement. Normalement de ce côté, les crédits ne seront pas une contrainte auprès des banques. Reste aussi l’opportunité de la création de cette coopérative qui entre dans l’optique d’atténuer les importations du lait de l’étranger qui se chiffrent à 1 milliard de litres/an d’un côté et de l’autre c’est la vision de récupérer toutes les anciennes coopératives defficitaires ou abandonnées qui seront reconverties dans le même schéma et dans le même cadre d’investissement. Apparemment même l’ex-CASAP de Haïzer sera orienté vers l’élevage des vaches laitières avec le nombre de 300 génisses.

D’ici là, souhaitons à ladite coopérative “RFIG” une réussite. Il y va de notre sécurité alimentaire.

Farid K.

depeche de la kabylie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s