Ouverture d’une agence postale à Lakhdaria

algerie_poste
Ouverture d’une agence postale à Krichiche

Implantée au Krichiche, un des quartiers le plus populeux de la ville de Lakhdaria, à l’entrée ouest, donnant vers la commune de Bouderbala, Boukram et Guerrouma, la nouvelle agence postale d’Algérie-Poste, a, enfin, ouvert, le week-end dernier, ses portes au grand bonheur de la population. Rencontrés sur les lieux, plusieurs retraités, pour la plupart âgés et malades ainsi que les vieilles dames, avaient l’air satisfais de l’ouverture de «leur» poste du fait qu’elle met un terme au long déplacement fait auparavant.

Cette agence, à l’instar de la poste centrale et celle de la Zhun, devra être approvisionnée régulièrement et plus particulièrement avant les journées arrêtées pour le versement des pensions ainsi que la paie des fonctionnaires. En effet, Lakhdaria, chef-lieu de daïra et de commune, connaît une véritable relance dans les secteurs de la vie citoyenne.

Ath Mouhoub
ddkabylie

Publicités

95 nouvelles wilayas déléguées dont Lakhdaria

C’est donc officiel : l’Algérie connaîtra un nouveau découpage administratif avec la création de nouvelles wilayas déléguées. Bouteflika en a fait l’annonce hier samedi au siège du ministère de la Défense à l’occasion de son discours traditionnel pour la commémoration de la fête de l’Indépendance.

Kamel Amarni – Alger (Le Soir) – Même s’il n’a pas fourni de plus amples détails, Bouteflika affirmait, en effet, que «dans l’objectif d’une meilleur prise en charge des impératifs de gestion et mieux faire face aux exigences du développement, ainsi que pour rectifier les déséquilibres constatés au niveau de l’organisation administrative des territoires, il s’avère indispensable de revoir l’organisation administrative en vigueur en transformant certaines daïras en circonscriptions administratives territoriales dans la perspective de la création de nouvelles wilayas».

Comme nous l’annoncions en une de nos précédentes éditions, il s’agit, plus précisément, de la promotion de daïras de grosse ou moyenne taille au rang de wilayas déléguées. Et selon une source très bien informée, «après que le président eut fait l’annonce officiellement, tout suivra très vite.

Ce nouveau découpage fera l’objet d’un décret présidentiel que vient de finaliser le ministère de l’Intérieur et qui sera soumis à l’examen du prochain Conseil des ministres». Et selon toujours notre source, ce nouveau découpage verra la création de 95 nouvelles wilayas déléguées aux prérogatives renforcées à l’image de ce qui s’était déjà fait à Alger.
«Ces nouvelles entités administratives seront soumises à une période probatoire de deux années et se lanceront ainsi dans une sorte de compétition.
En effet, c’est à l’issue de ces deux années que seront connues les wilayas déléguées qui réuniront les conditions nécessaires et qui seront donc les plus aptes à être hissées au rang de wilaya». Il est ainsi prévu d’aboutir, à terme, à la création d’une bonne quarantaine de nouvelles wilayas à l’horizon 2010.

D’ores et déjà, certaines grandes agglomérations ou centres urbains sont naturellement destinés à être promus au statut de wilaya, et ce, de par leur taille territorial, leur densité démographique et le volume de leur activité économique. Aïn-Salah, actuellement rattachée à Tamanrasset, Djanet, rattachée à Illizi ou Aïn- Sefra à Naâma, pour ne citer que ces exemples, ne peuvent être que des wilayas dès 2010. Pour être au rendez-vous, «ces nouvelles wilayas déléguées bénéficieront de moyens colossaux, ajoute notre source, car il n’est pas question de renouveler l’expérience de 1984 où des wilayas, des daïras et même des communes ont parfois étaient créées juste pour faire plaisir à tel ou tel autre responsable. Lancée sans la moindre préparation rationnelle, elle a donné lieu à des résultats catastrophiques sur tous les plans».

– Le Soir d’Algerie

CIMETIÈRE CHRÉTIEN DE LAKHDARIA

CIMETIERE4 février 2007 > Epoque

<!– {age_relatif –>

Article en PDF Imprimer l'article Envoyer l'article

CIMETIÈRE CHRÉTIEN DE LAKHDARIA

Une insulte aux morts et aux vivants

Un acte que même un barbare ne saurait accomplir de sang-froid, un acte dont la seule vue rend malade pendant des jours, des tombes ouvertes, d’autres souillées d’immondices.

S’il existe un comble de l’abomination, les profanateurs du cimetière chrétien de Lakhdaria peuvent être assurés de l’avoir atteint. Deux confrères, habitant ce chef-lieu de daïra, à 45 km au nord-ouest de Bouira, et une association culturelle nous signalaient déjà ce sacrilège, mais un responsable local, contacté à ce sujet, le démentait. Il a fallu qu’un internaute, qui a visité un site consacré à la profanation de ce cimetière chrétien, attire de nouveau notre attention sur cette abomination. Et c’en est une, en effet. Un acte que même un barbare ne saurait accomplir de sang-froid, un acte dont la seule vue rend malade pendant des jours : des tombes ouvertes, d’autres souillées d’immondices, voilà le spectacle qui nous attendait mercredi après-midi à notre déplacement en ce lieu qui, naguère était paisible, s’est transformé en un endroit innommable, un enfer. On chercherait en vain la place d’une grille et d’une entrée. Rien ne défend le repos des morts de ce cimetière. Les personnes et les animaux le traversent librement. Le côté Sud est longé dans toute sa longueur par un grand poulailler. A l’ouest, le cimetière est défendu par un grand ravin qui plonge directement dans l’oued Issers. Mais les profanateurs viennent de l’est et du nord, c’est-à-dire de la ville. Que voyons-nous en arrivant ? Deux jeunes, dont un barbu, assis sur une tombe, dont le dessus en marbre gît dans l’herbe. Ce barbu sait-il que la religion musulmane interdit de s’asseoir sur les tombes ? Il tripote un portable, un couteau sur le rebord de la tombe. Le lieu retiré nous interdit de faire la moindre remarque désobligeante. Nous nous contentons de réprouver et de condamner sans vouloir accuser personne. D’autant plus que surgissent, d’on ne sait où, d’autres jeunes qui nous observent à la limite du cimetière. Enfin, Rabah, un jeune gaillard, s’approche et mêle sa désapprobation à la nôtre. Ali, beaucoup moins jeune, et qui prétend être le propriétaire du terrain où se trouve le cimetière, se joint à nous. Ensemble, nous examinons les tombes. Les parois de certains caveaux sont noircies par le feu qu’on y a allumé. D’autres sont pleins de gros cailloux. Dans l’un d’eux, une main, parfaitement conservée, se dresse parmi un tas de gravats comme pour un salut ou pour dire halte à la profanation. Rabah s’engouffre dans le trou et, au prix d’un certain effort, la retire et la montre. C’est l’avant-bras d’une femme, identifiable aux ongles maculées et aux doigts effilés, l’horreur nous laisse sans voix pour interdire à notre guide d’y toucher. Enfin, il replace respectueusement la main là où elle était. Plus loin, une autre tombe. Un os long, tibia ou péroné, est visible. Où sont les autres os ? Un peu plus loin, une autre tombe béante livre à notre vue des touffes de cheveux longs et noirs. Une quatrième, une bière en bois, est vide. D’autres caveaux, qui ont essuyé des tentatives de profanation, ont résisté grâce à des grilles en acier. « Regretté par ses parents et ses amis » dit cette tombe devant laquelle les profanateurs ont échoué dans leur abominable œuvre. Une date 1832 et une autre 1889, marquant la vie du défunt. Parents et amis doivent être quelque part dans le cimetière, pas plus défendus que le cher regretté. Mais voilà qu’Ali nous fait une révélation qui, en rapport avec ce qu’il nous a dit plus tôt, à savoir que certains morts ont été transférés ailleurs, nous frappe : ce sont des Espagnols, des Allemands qui seraient, selon lui, enterrés ici. Les noms sur les tombes sont si peu français, nous semble-t-il, et paraissent lui donner raison. Le même Ali nous apprend qu’une équipe de TF1 nous a précédés. Curieux que son reportage n’ait pas suscité de réaction de part et d’autre de la Méditerranée. Rabah et Karim, deux jeunes chômeurs, proposent de veiller sur le repos des morts et de rendre le cimetière plus propre et plus sécurisé, si on les employait à cette tâche. Entre-temps, le groupe de jeunes a grossi. L’un d’eux nous prend en photo avec son portable. A quelle fin ? Quant à nous, nous quittons cet endroit blessé et écœuré par ce manque de respect aux morts qui est une insulte aux vivants que nous sommes.

Ali D.

adresses administrations

INSTITUTIONS PUBLIQUES
WILAYA

Coordonnées de la wilaya de Bouira
Tél: 26 92 00 30 fax 26 93 74 76

APC de Lakhdaria

L’Assemblée Populaire Communale ( Mairie, la Municipalité )

route de si lakhdar,lakhdaria
tel : 26 90 10 11
faw 26 90 10 61

<big><u><b><center> LA POSTE </big></u></b></center>
<center><photo brand.gif></center>

<photo westernunion.jpg>
Agent Location Details

ALGERIE POSTE
LAKHDARIA
BOUIRA
10200
ALGERIA
Tel: (213 ) (021 ) 643737

Hours
Monday 8:00am – 6:30pm
Tuesday 8:00am – 6:30pm
Wednesday 8:00am – 6:30pm
Thursday 8:00am – 6:30pm
Friday CLOSED
Saturday 8:00am – 6:30pm
Sunday 8:00am – 6:30pm

Services Available
Payout Money Transfer  </center>

<center> <b><u><big>HABITAT</b></u></big></center>

<b>OPGI</b>
Office de Promotion et de Gestion Immobilière

Cité 39 logements
10200 Lakhdaria
26 90 12 19

EPIC ( AGRFU )

Agence Inter Communale de Gestion et de Régulation Foncière Urbaine,
Cité 39 logts bt A
10200 Lakhdaria
tel 26 90 10 31
fax 26 901031

Production Agglo-béton

ERRAZANA Sarl Lakhdaria
KHALFI Smail
RN 5 – Lakhdaria
Tel 026901477

BUREAU D’ETUDES TECHNIQUES
agrée par le ministere des travaux publics

BAAZIZ BRAHIM
Ingenieur d’Etat en Topographie option GC
cité 56 logts bt02 Lakhdaria

-Etudes des routes
-Signalisation routiere
-Voies urbaines
-Aménagements urbains.

<photo barrerouge.gif>

<center<b><u><big>ETABLISSEMENTS PUBLICS</b></u></big></center>

Formation professionnelle.

HAI EL KOUIR
Lakhdaria
Tél (026)90.11.63

<b> COMMUNES DE LA WILAYA DE BOUIRA AVEC LEUR CODE POSTAL <B>

01..Bouira
02..El Asnam
03..Guerrouma
04..Souk El Khemis
05..Kadiria
06..ahnif
07..Dirah
08..Bezite
09..Taghzout
10..Raouraoua
11..Mezdour
12..Haizer
13..Lakhdaria
14..Maala
15..El Hachimia
16..Aomar
17..Chorfa
18.. Bordj Oukhriss
19.. El Adjiba
20.. El Morra
21.. El Khebouzia
22.. Ahl El Ksar
23.. Bouderbala
24.. El Isseri
25.. Ain El Hadjar
26.. Djebahia
27.. Aghbalou
28.. Taguedit
29.. Ain Turk
30.. Saharidj
31.. Dechmia
32..Ridane
33.. Bechloul
34.. Boukram
35.. Ain Bessam
36.. Bir Ghbalou
37.. M’chedallah
38.. Sour El Ghozlane
39.. Maamora
40.. Ouled Rached
41.. Ain Laloui
42.. Hadjera Zerga
43..Taourirt
44.. El Madjen
45.. Oued El Berdi

</script>