Ghaza, Marche de soutien à Lakhdaria


Marche de soutien à Ghaza

Brandissant drapeaux algériens et palestiniens, environ deux cents personnes, dont de nombreux jeunes, ont organisé une marche spontanée, qui s’est ébranlée du centre de la ville de Lakhdaria et ce après la prière du vendredi. Empruntant l’axe principale à savoir la rue Si-Lakhdar, la marche s’est déroulée sans incidents. au retour les manifestants ont effectué une pause face à l’ancienne mairie, ils se sont ensuite dispersés dans le calme. Tout le long de leur parcours, les marcheurs scandaient des slogans hostiles à l’Etat hébreu et glorifiaient la lutte menée le peuple palestinien, particulièrement la population de Gaza qui subit l’agression sioniste. Pour rappel, la veille, une cinquantaine d’élèves du primaire ont marché le long de l’artère principale sans perturber la circulation et ont été dispersés, place des Martyrs, par les services de sécurité.

S. Abdelkader

depeche de la kabylie

Solidarite du peuple d’Alger avec Gaza


video d’echorouk, un quotidien arabophone le plus lu d’algerie, d’une manifestation « spontanée » en fait, à la sortie de la mosquée d’un quartier d’alger le vendredi, presque une semaine aprés l’invasion barbare israelienne, cette manif n’a pas été autorisée mais s’est deroulée malgre tout, evidement, le gouvernement voudrait en faire une mais avec pleins de policiers autours et autres moukhabarates, ou si c’est pas facile a organiser, on la fera dans la cage à poules de la coupole du 5 juillet d’alger.

caricature

capturerCaricature de presse ( hic ) et capture d’ecran du quotidien le SOIR d Algérie

Bonnes fetes de l’Aid El Kebir

Fermeture du foyer des personnes âgées

Fermeture définitive du foyer des personnes âgées de Lakhdaria

Taille du texte: Decrease font Enlarge font

Le foyer pour personnes âgées de Lakhdaria (Bouira)  vient d’être définitivement fermé pour mauvaise gestion, a-t-on appris hier, de la wilaya. Cette décision a été prise en début de semaine suite à une inspection  « inopinée » du wali qui a constaté sur place « la situation déplorable » des 18  pensionnaires de cette structure, qui y vivaient en l’absence de conditions  des plus élémentaires d’hygiène, santé et sécurité nécessaires à cette catégorie  vulnérable de la population, a-t-on indiqué à la wilaya. Tous les pensionnaires en question ont été transférés vers le foyer  des personnes âgées du chef lieu de la wilaya de Bouira, en vue de leur prise  en charge, est-il assuré. Parallèlement, le wali a ordonné la démolition du foyer de Lakhdaria dont l’édification remonte à l’époque coloniale, en recommandant l’élaboration  d’une étude technique pour l’inscription à la réalisation d’une nouvelle structure similaire au profit de cette ville.

à part la mauvaise gestion, ne comptez surtout pas sur EL MOUDJAHID pour vous relater les raisons exactes et encore moins les details de la décision.

Bouira Loin de leurs famillesUn Aïd fade au centre d’accueil des personnes âgées

Aucun gazouillement d’enfants, ni de brouhaha festif pour marquer la fête de l’Aid. Une ambiance on ne peut plus morose pour ceux et celles, contraints de passer les fêtes de l’Aid sans leurs proches parents

Des parents qu’ils ou qu’elles ont perdu, pour certains, pour les autres ce sont les membres de leurs familles qui les ont placés dans ce centre d’accueil pour personnes âgées et handicapés de Bouira. Malgré toute la bonne volonté du personnel dirigé par Mme Sihassane, directrice de ce foyer et toute la disponibilité dont fait preuve cette équipe au quotidien, la solitude ancrée au plus profond des âmes des pensionnaires ne peut s’estomper, surtout en pareille occasion. Les 43 pensionnaires du foyer, plus les SDF recueillis en période hivernale auront la joie de partager comme à chaque année le rituel de l’Aid avec les dons de généreux mécènes mais aussi ceux de l’administration. Chaussures, habits neufs sont autant de présents qui sont distribués aux personnes âgées et handicapés. Cette année, c’est la DSA en collaboration avec la direction des affaires religieuses de la wilaya qui a offert des moutons au profit des pensionnaires. Depuis le 3 décembre dernier, une vaste opération de ramassage des SDF est en cours avec la participation des services de la DAS , la protection civile, la police et le croissant rouge. A ce jour, trois SDF ont été accueillis dans le foyer, ce qui fait passer le nombre de pensionnaires à 46. Des personnes venues d’horizons divers, ayant tous, par le passé, célébré l’Aid dans leurs familles respectives, mais cette année, encore pour certains, la fête se déroulera sans cette gaieté vivace propre à l’esprit de l’Aid.

Même si certains parents ont pour habitude de venir dans ce foyer pour souhaiter une bonne fête à leurs proches, il n’est pas sûr que ces derniers soient vraiment touchés par cet acte “de repentance” qui leur donnera bonne conscience le temps d’une journée. Une boite de gâteaux ne peut hélas pas combler la solitude dans laquelle les pensionnaires ont sombré.

A l’opposé du foyer pour personnes âgées et handicapés où ne retentit aucun cri de bébé, ni de facétie enfantine, la Pouponnière de Bouira, avec ses 35 petits pensionnaires, est pour le moins que l’on puisse dire, assez animée. Kamel Abdi, directeur de cet établissement, lui aussi ne lésine sur aucun effort pour fêter dignement l’Aid avec ceux qu’il considère comme ses enfants.

D’ailleurs, c’est en leur compagnie qu’il passera les journées de l’Aid. Des enfants, mais aussi des nourrissons dont le plus jeune a un mois et la plus âgée vient d’atteindre ses 13ans. Un mouton a encore été offert par un généreux mécène, qui a pris pour habitude de prendre en charge le rituel de l’Aid dans cet établissement depuis de nombreuses années. Effets vestimentaires, chaussures et autres jouets sont également offerts par différents organismes ou par des âmes charitables.

A voir ces chérubins la mine réjouie, ils semblent ne manquer de rien si ce n’est d’une chaleur familiale telle que le veut la tradition et l’esprit de l’Aid.

Les mères biologiques viennent pourtant se racheter le jour J en rendant visite à leurs progénitures. Des mères célibataires qui n’ont pour la plupart d’entre elles que de l’amour à offrir pour essayer de retisser les liens familiaux rompus. L’Aid est une fête familiale que l’on célèbre en compagnie de ses proches, sinon, cette journée est semblable aux autres sauf que le menu diffère.

B. Hafidh

ddkabylie

le Japon est comme l’Algérie, une mosaique de cultures

il y’a parfois des moments ou on trouve difficilement des reponses à un certain « discours politique » qui nous concerne en Algérie, à savoir par exemple que la principale raison sinon essentielle pour certains d’entre nous serait que les maux de notre pays sont dus à la politique de nos dirigeants depuis l’independance concernant notre identité,  c’est incontestable que nos dirigeants se sont gourés et meme complement, et dans tous les domaines, personne de censé ne peut raisonnablement contredire cela, en revanche, se focaliser et insister pour dire que c’est la cause de tous nos echecs, est la question identitaire  ( ethnique ou religieuse ) c’est un peu reducteur,  sinon deraisonable ;

je me base donc sur cette citation du jour du premier ministre Japonais pour penser le contraire !
s’il y’a un pays qui a reussi pratiquement dans tous les domaines et en si peu de temps est bel et bien le Japon, et pourtant,  au Japon, il y’a des « minorités » et sans doute plusieurs langues et cultures, qui contredisent naturellement les declarations extremistes de ce politicien jaoonais ( pour des raisons politiciennes sans doute ), mais pourquoi donc me direz vous que ca fait pas jazzer tant que ça au Japon ? pour la simple raison, entre autres, est que les japonais se focalisent d’abord sur le travail et leur gagne pain, leur premier souci à l’echelle des valeurs, et comme c’est un miniscule territoire avec trés peu de ressources, ils n’ont pas le choix que de bosser, et vite et bien, sinon, seraient  rapidement la proie d’envahisseurs étrangers ( peu importe la manière ) comme c’etait  déjà le cas dans le passé et comme de nos jours pour pas mal de pays ….et le notre n’est pas à l’abri !
et la moalité dans tout ça ?  je ne ferais que repeter un adage: un pays est colonisé, parcequ’il est colonisable !

Construction d’une nouvelle mosquée à Lakhdaria

Projet de construction d’une nouvelle mosquée à Lakhdaria
Un don d’un citoyen

Ce lot de terrain auquel nous avions consacré deux écrits différents où l’un traitant de l’existence d’une décharge non autorisée sur les lieux, et l’autre signalant une immense fosse constituant un danger pour les piéton, avaient en fait le même objectif : attirer l’attention des services concernés sur ce sujet. Cet endroit a suscité un intérêt particulier en raison de l’affluence nombreuse accédant par là pour rallier le centre-ville de Lakhdaria, Hay Krichiche, ou la cité du 05-Juillet. Ces derniers temps, la parcelle en question mesurant environ 600 m2 a été clôturée sur la partie donnant vers Manzal, où quelques changements ont été opérés sur l’assiette notamment un début de creusement de failles et le terrassement de la surface à bâtir. Sur les papiers consacrés à la situation d’insalubrité prononcée prévalant dans ce coin de Manzal lequel, explique Mr Dahmani- qui n’est autre qu’un parent au propriétaire du bien- “n’est dû qu’au manque de civisme de certains”. car pour lui, “cet emplacement n’a rien à envier aux lots pouvant accueillir les projets de construction de bulding, de logements haut standing, ou des grandes surfaces commerciales”. Mais si ce bien de valeur n’a pas connu un tel sort, une telle destinée, ajoute le parent “c’est qu’il existe encore des personnes qui sont complètement désintéressées de la question matérielle, et tout ce qu’elle procure comme profit”. En effet, dans ce monde sans pitié qui nous entoure, et où l’expression populaire “tu ne vaux que ce que tu as” est toujours ancrée dans les esprits, nous avons rencontré les riches qui ont usé de leur argent jusqu’au dernier centime, des gens “friqués” dont les fortunes sont allées directement aux descendants, mais rares sont les exemples de bourgeois qui ont fait de leur part d’héritage des dons aux démunis, ou à la communauté. Mais les hommes de cette catégorie n’ont pas disparu de la circulation puisque il y a 5 ans de cela une personne du nom de Dahmani a pris la décision de mettre à la disposition des résidants de Manzal cette partie de son patrimoine. `

“Le défunt Dahmani, révèle le parent, a tenu de son vivant à faire don de la parcelle à l’institution chargée des affaires religieuses” en terminant : “c’est ainsi qu’un projet de construction d’une mosquée a été retenu sur le terrain en question”.

A. Chérif

Solidarité durant le ramadhan à Lakhdaria


240 repas à distribuer quotidiennement

Des couffins de Ramadhan à distribuer aux familles nécessiteuses, des repas chauds à consommer sur le lieux, ou à prendre chez soi ceci au niveau du restaurant “errehma”. D’autres actions de solidarité suivront au cours de ce mois sacré. Ces actions entamées par les services communaux de Lakhdaria dès la fin de la semaine passée, soit quelques jours avant le début du mois sacré visent la tranche de la population la plus démunie dans le cadre de la solidarité. Ainsi, ces mêmes services tablent sur la distribution de 260 couffins de ramadhan au profit de pas moins de 556 familles nécessiteuses recensées. Une opération qui aurait nécessité le déblocage d’une enveloppe financière de l’ordre de 2 millions de dinars. Une partie de cet argent servira à l’ouverture d’un restaurant “errahma” au niveau de la maison des jeunes de cette localité avec un personnel de 15 personnes, entre bénévoles et autres, qui se chargeront de servir quelque 160 repas chauds quotidiennement auxquels s’ajoutent les 80 autres à emporter à domicile ou vers les lieux de travail pour une catégorie de personnes (gardien de nuit…) Dans le même sillage des aides de solidarité, la commune a bénéficié d’une centaine de couffins auprès de la DAS de Bouira et d’une aide financière de l’ordre de 100 000 DA remis par l’unité de production de peinture de Lakhdaria.

Cependant cet élan de solidarité peut être encore plus généreux encore si des âmes charitables et les acteurs de bienfaisance viennent à leur aide, sous toutes formes, un appel que lancent les responsables chargé de ce volet à leur encontre. Que des oreilles attentives concrétisent cet appel.

K. F.

Lakhdaria/ Restaurant Rahma/APC
300 couffins et 70 repas sont servis aux démunis

Une grande banderole en tissu blanc, portant un écrit en vert, est fixée à la porte d’entrée de l’auberge de jeunes de Lakhdaria, signalant au public local et aux visiteurs l’endroit d’implantation du restaurant Rahma/APC. Non seulement cette institution de l’Etat dispose des moyens nécessaires de restauration, notamment une grande cuisine et un réfectoire, mais elle se situe à proximité de quartiers populaires, à l’exemple des HLM du centre-ville, les Cité Zizi, Baïri et Lekouir. Cette action de bienfaisance en direction des démunis est totalement prise en charge par le Service social de l’APC, lequel est voisin de l’auberge et de la mosquée Lekouir d’où afflue de nombreux jeûneurs après la prière du Maghreb. Le menu est directement établi au niveau de la wilaya mais, note l’agent du Service social APC, “ceci ne nous a aucunement empêchés de changer les plats de lentilles et de haricots blancs désertés l’an passé et d’apporter quelque chose à la place”, en ajoutant : “L’autre amélioration a concerné la main-d’œuvre, laquelle a connu un renforcement de l’effectif précédent”.

C’est ainsi que pas moins de 10 femmes, dont des aides-cuisinières et des femmes de ménage, sous l’œil vigilant d’une cuisinière et d’un cuisinier de métier, reçoivent les consignes de travail de la journée, consistant selon le responsable “à préparer en quantités suffisantes et en qualité appréciable le repas du “f’tour” portant sur une chorba, un plat de résistance et un dessert”.

Le “doublement” de l’effectif n’a pas été sans résultats probants suite à un “plus” d’efforts déployé par le Service de l’auberge où, fait remarquer le chargé du suivi de l’opération, “la couverture du service a atteint maintenant une moyenne de 70 repas servis à l’auberge même et 300 couffins emportés par les sans-ressources”.

Dans cette opération destinée aux sans-ressources, tous les achats sont assurés par l’APC, excepté, indique l’agent, “la boisson Coca qui nous parvient du Croissant-Rouge, lequel la reçoit du dépositaire et la distribue aux différents resto errahma implantés à Lakhdaria”.

A. C.